Accueil du site > Santé > 8 raisons qui font que notre tour de taille augmente
8 raisons qui font que notre tour de taille augmente

lundi 19 avril 2010

Si l’obésité est une maladie comme le cancer ou les maladies cardiovasculaires, comme l’expliquent les chercheurs, il est temps d’arrêter de blâmer le manque de volonté face à ces kilos en trop, et de se poser la question : pourquoi sommes-nous si gros ? D’une meilleure hygiène de vie à la nourriture qui sert de médicament, la réponse pourrait bien se trouver dans notre alimentation.

8 – Les autorités

En 1998, des millions de gens sont soudainement devenus en surpoids sans avoir pris un kilo. L’été de cette année la, les autorités de la santé ont donné de nouvelles recommandations en abaissant le seuil de ce qui qualifie quelqu’un en surpoids. Auparavant, si l’indice de masse corporelle (IMC, qui est un ratio du poids sur la taille et est considéré comme un indicateur de la quantité de graisse d’un individu) était à moins de 28 pour les hommes, ou 27 pour les femmes, vous étiez considéré comme "normal". Maintenant seuls les IMC inférieurs à 25 sont considérés comme en bonne santé.

7- Une meilleure hygiène

Tandis que nos modes de vie modernes farcis d’aliments, manquant d’exercice sont toujours les boucs émissaires les plus populaires, dans le futur, nous pourrions aussi blâmer le fréquent lavage des mains et une eau trop propre.

Dans des expériences faites sur des souris, des chercheurs ont trouvé que certaines bactéries intestinales pouvaient aider un corps à éliminer plus de calories pour la même quantité de nourriture, et même augmenter l’appétit d’une personne. Il est possible que ces bactéries gagnent de l’importance quand nous les éliminons avec les antibiotiques et des pratiques de meilleure hygiène, explique le chercheur Andrew Gewirtz de l’Université de Médecine de Georgie.

Ces résultats ne signifient pas que l’obésité est une maladie infectieuse, il est presque impossible de modifier votre faune intestinale après les premières années, voire jours, de la vie, n’espèrerez donc pas qu’un antibiotique contre l’obésité voie le jour.

6- Vos parents

Tout le monde n’a pas succombé aux changements environnementaux : les gens maigrichons existent toujours. Ces individus ont gagné à la loterie de la génétique. D’après les chercheurs, les gènes contrôlent probablement la facilité avec laquelle certaines personnes sont repues. Ceux qui manquent de ces gènes et ont un appétit vorace ne comprennent souvent pas combien c’est difficile pour quelqu’un qui n’a pas cette chance génétique.

5- Tout spécialement la mère

Une recherche a montré qu’un enfant pas encore né pouvait recevoir des messages "épigénétiques" dans l’utérus pour réguler son poids. L’épigénétique est l’idée que même si les gènes eux-mêmes ne sont pas altérés, leur mode de fonctionnement peut changer.

Des chercheurs en Arkansas ont transféré des rats nouveau-nés de mères de poids normal et obèses à des femelles sveltes. Même avec des gènes et une éducation presque identiques, seuls les petits de l’utérus des plus potelées sont devenus eux-mêmes dodus.

"Ceci a eu lieu malgré le fait que la progéniture des mères en surpoids avalait la même quantité de nourriture grasse que la progéniture des mères maigres" explique le chercheur Kartik Shankar.

4- Les amis

Les gens jugent leur propre poids par rapport à celui des autres et, au pays des obèses, celui qui est en surpoids est roi. La recherche a montré que si vos amis sont gros, vous êtes plus susceptible de rejoindre vous aussi le camp des gros popotins, même si vos copains obèses vivent loin de chez vous.

Une raison sous-jacente pourrait être qu’il s’opère une réinitialisation de ce que vous considérez comme normal. Ainsi, un passage sur la balance pourrait vous faire fondre en larmes un jour, et pas un autre. De tels résultats suggèrent que l’obésité a des causes culturelles et psychologiques tout autant que physiologiques.

3- Véhicules, chaises et divans

Nous ne nous remuons plus autant que nos ancêtres chasseurs-cueilleurs, un fait qui a certainement contribué à notre prise de poids collective. L’exercice est important pour maintenir notre poids et réguler l’appétit.

Mais si vous voulez perdre une taille, ou cinq, et que vous ne réduisez pas les calories ingérées, mais faites seulement de l’exercice, cela prendra beaucoup de temps pour perdre ne serait-ce qu’un seul kilo.

2- La maison de la bouffe

"Si Mc Donald n’existait pas, nous serions tous plus maigres" déclare la chercheuse américaine Carnell, faisant référence aux fast-foods en général.

Les aliments très agréables au gout, comme ceux disponibles dans les chaines de fast-food sont chargés en graisses, sucre et sel. Et au lieu de nous rassasier, ils nous poussent à continuer à manger. De tels aliments causent une excitation particulière dans les régions du cerveau associées à l’émotion et à la récompense, tout comme l’alcool, le sexe et les drogues.

Avec le sucre, le sel et les graisses à chaque coin de rue, nous vivons dans un carnaval de la bouffe. Et comme un CP surexcité, nos corps répondent à la nourriture en développant une résistance à l’insuline, les diabètes et l’inflammation systémique, qui est une réponse immune du corps qui a été associée à de nombreux problèmes de santé, comme les maladies cardiovasculaires et les cancers.

1- Le désordre alimentaire national

Alors que les gènes et l’environnement sont responsables des deux tiers des différences des IMC des gens, le tiers restant est psychologique. Non seulement nos modes de vie stressants nous poussent à nous soigner dans la bouffe, mais le stress et le manque de sommeil peuvent jouer un rôle inamical sur le métabolisme.

La culture du repas, ou plutôt du manque de repas, est à blâmer. La valeur du rituel du diner s’affaiblissant, le repas est pris sur le pouce, devant son ordinateur ou la télévision.

Un tel irrespect de l’alimentation est susceptible d’exacerber les problèmes de poids en faisant de nous des insatisfaits perpétuels. En outre, manger rapidement a été associé à la prise de poids, tandis que des repas en famille et réguliers sont associés à une baisse du risque de l’obésité


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |