Accueil du site > Psychologie > Arrêter de fumer améliore l’humeur
Arrêter de fumer améliore l’humeur

vendredi 3 décembre 2010

Arrêter de fumer est certainement ce qui se fait de mieux à la santé, mais les médecins et les scientifiques ne savaient pas encore si le fait d’arrêter la clope rendait les gens plus heureux, étant donné que la sagesse populaire affirme que les fumeurs s’adonnent à la cigarette dans le but de soulager leur anxiété et leur dépression.

Dans une étude cependant, les chercheurs ont pisté les symptômes de dépression chez les gens qui essayaient d’arrêter de fumer, et ils ont découvert qu’ils n’avaient jamais été aussi heureux que quand ils avaient réussi à arrêter, et ce quelque soit la durée de leur abstinence.

A partir de leurs résultats, les auteurs de l’article, publié dans le journal Nicotine & Tobacco Research [1], recommandent que les fumeurs considèrent l’arrêt du tabagisme comme un pas vers une amélioration de leur état mental, tout comme leur santé physique, explique Christopher Kahler auteur de l’étude et chercheur. Arrêter de fumer n’est pas, comme de nombreux fumeurs le craignent, un terrible sacrifice psychologique à faire pour être sûr de pouvoir vivre longtemps.

"L’hypothèse régulièrement soutenue est que les gens fumeraient parce que le tabagisme aurait des propriétés antidépressives, et que s’ils arrêtent cela pourrait révéler un épisode dépressif" dit Kahler. "Ce qui est surprenant, c’est que quand vous mesurez l’humeur des fumeurs, même s’ils ont seulement réussi à arrêter depuis peu de temps, ils rapportent déjà moins de symptômes de dépression."

Humeur changeante

Kahler et ses collègues ont étudié un groupe de 236 hommes et femmes qui cherchaient à arrêter de fumer, et qui étaient aussi de gros buveurs. Ils ont reçu des patches de nicotine, et des conseils sur l’arrêt du tabac, puis se sont mis d’accord sur une date pour arrêter ; certains ont aussi reçu des conseils spécifiques pour réduire la boisson. Les participants ont passé des tests standards sur les symptômes de la dépression une semaine avant d’arrêter, puis deux, huit, 16 et 28 semaines après avoir arrêté.

Tous sauf 29 participants ont montré l’un des quatre comportements différents de l’arrêt de la cigarette : 99 sujets n’ont jamais arrêté, 44 ont été seulement abstinents pendant deux semaines, 33 n’ont pas touché de cigarette entre les deux rencontres à deux et à huit semaines, 33 n’ont pas refumé de toute la durée de l’étude.

Les sujets les plus illustratifs, et tragiques, ont été ceux qui n’ont arrêté que temporairement. Leurs humeurs étaient clairement les plus brillantes lors des rendez-vous quand ils étaient abstinents. Après avoir repris la cigarette, leur humeur s’est assombrie, et dans certains cas à des niveaux de tristesse plus élevés qu’auparavant. La forte corrélation chronologique entre le bonheur qui augmentait et l’abstinence est un signe rapportant que les deux vont main dans la main, dit Kahler.

Les sujets qui n’ont jamais arrêté sont restés malheureux tout le temps de l’étude. Ceux qui ont arrêté et qui ont tenu étaient les plus heureux au début, et le sont restés au même niveau élevé tout le temps.

Kahler déclare qu’il est confiant dans ce que les résultats pourront être généralisés à la plupart des gens, même si les fumeurs de cette étude buvaient aussi relativement beaucoup. Une des raisons est que les résultats sont bien corrélés avec une autre étude qu’il a faite en 2002 sur des fumeurs qui avaient tous vécu des épisodes de dépression, mais qui ne buvaient pas nécessairement. En outre, les changements d’humeur mesurés dans cette étude n’étaient pas corrélés chronologiquement avec une réduction de la boisson, mais seulement avec une réduction, et une reprise, du tabac.

En voyant ces données, Kahler ajoute qu’il est difficile de croire que fumer ait une utilité efficace pour soigner les sentiments négatifs et la dépression, même si certaines personnes rapportent qu’elles utilisent le tabac dans ce but. En fait, dit-il, l’opposé semble plus probable, c’est-à-dire que le fait d’arrêter de fumer soulage les symptômes dépressifs.

"S’ils arrêtent de fumer, leurs symptômes de déprime s’en vont, et s’ils rechutent, leur humeur retourne là où elle était. Un antidépresseur efficace agit de la même façon" conclut-il.

Références :

[1] Christopher Kahler, Nichea Spillane, Andrew Busch, Adam Leventhal. Time-Varying Smoking Abstinence Predicts Lower Depressive Symptoms Following Smoking Cessation Treatment. Nicotine & Tobacco Research.

1 Message

  • Arrêter de fumer améliore l’humeur 31 octobre 2012 12:14, par Atavi

    Une étude nécessaire, sans doute, mais un enfoncement de portes ouvertes. La nicotine est une molécule active qui altère les échanges synaptiques (comme toute les drogues) et qui agit, entre autre, sur le système dopaminergique... Ca on le sait depuis un bout de temps.
    Il est logique que si on donne un biscuit à qui n’en avait jamais mangé, et qu’on l’habitue à ce luxe, il sera asservi à cette richesse nouvelle et pâtira de cette aliénation. Ne lui restant plus qu’à s’en affranchir pour retrouver le bonheur :)


| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |