Accueil du site > Bodybuilding > Bodybuilding : Un lien entre le cancer des testicules et la prise de (...)
Bodybuilding : Un lien entre le cancer des testicules et la prise de suppléments

mardi 14 avril 2015

Selon une étude publiée dans le British Journal of Cancer [1], les hommes qui ont rapporté prendre des suppléments pour faire du muscle, comme des pilules et des poudres contenant de la créatine ou de l’androstènedione, ont une probabilité beaucoup plus élevée de développer un cancer des testicules que les hommes qui n’utilisaient pas de tels suppléments.

En outre, explique Tongzhang Zheng, l’auteur de l’étude, le risque de tumeurs testiculaires germinales associé était particulièrement élevé chez les hommes qui avaient commencé à prendre des suppléments avant 25 ans, chez ceux qui utilisaient de multiples suppléments et ceux qui en ont pris pendant des années. La relation qui a été observée était solide, explique le chercheur. "Si vous preniez ce genre de suppléments tôt, vous aviez un risque plus élevé. Si vous utilisiez différents types de suppléments, vous aviez aussi un risque plus élevé," dit-il.

La fréquence des cancers des testicules s’élevait à 5,9 cas pour 100 000 hommes en 2011, mais à 3,7 cas pour 100 000 en 1975, dit Zheng. Les chercheurs ne savent pas avec certitude pourquoi. "Le cancer des testicules est un cancer très mystérieux," dit-il. "Aucun des facteurs que nous suspections ne peut expliquer cette augmentation."

Cette étude est la première étude épidémiologique et analytique qui ait exploré le lien possible entre les suppléments et le cancer des testicules, notent les auteurs. Leurs travaux ont été inspirés par les éléments de preuve croissants qui montraient que certains ingrédients présents dans ces suppléments pouvaient nuire aux testicules.

"Notre étude a découvert que l’utilisation des suppléments était associée à un risque plus important de développer un cancer des testicules. Ces résultats sont importants parce qu’il y a peu de facteurs de risque identifiables pour le cancer des testicules," expliquent les chercheurs.

Mettre les probabilités à l’épreuve

Pour réaliser leur étude, l’équipe de recherche de Zheng a réalisé des interviews détaillées de 900 hommes – 365 d’entre eux avaient été diagnostiqués avec des tumeurs testiculaires germinales, et 513 qui n’en avaient pas. Lors des rencontres, les chercheurs ont demandé aux hommes non seulement quelle était leur utilisation de suppléments mais leur ont aussi posé des questions à propos d’autres facteurs possibles tels que le tabagisme, leur consommation d’alcool, leur habitudes d’exercice physique, leur passé familial de cancer testiculaire et surtout les blessures qu’ils ont pu subir aux testicules ou à l’aine.

Après avoir établi un récapitulatif de leurs données et avoir pris en compte tous les facteurs confondants possibles, tout comme l’âge, la race et d’autres éléments démographiques, les chercheurs ont découvert que les hommes qui prenaient des suppléments avaient un ratio de probabilité à 1,65 (c’est-à-dire 65 % de risque en plus) d’avoir un cancer des testicules comparés aux hommes qui n’en prenaient pas. Les chercheurs définissent cette "utilisation" comme étant la consommation d’un supplément ou plus au moins une fois par semaine pendant quatre semaines consécutives ou plus.

Les ratios augmentaient à 2,77 (ce qui veut dire un risque 177 % plus élevé) chez les hommes qui prenaient plus d’un type de suppléments, et à 2,56 (soit un risque à +156 %) chez les hommes qui ont pris des suppléments pendant trois ans ou plus. Les chercheurs ont calculé que les hommes qui ont commencé à prendre des suppléments à l’âge de 25 ans ou plus jeunes avaient un ratio risque à 2,21.

"Étant donné la magnitude de l’association et la tendance dose/réponse observée, les suppléments pour prendre du muscle pourraient être un élément important et modifiable pouvant avoir un impact scientifique et clinique important pour prévenir le développement de tumeurs testiculaires germinales, si cette association est confirmée par des études futures," concluent les auteurs dans leur étude. Car il faudra des études épidémiologiques plus grandes et des expériences en laboratoire afin d’établir avec certitude un lien de causalité entre les suppléments et le cancer des testicules.

Références :

[1] N Li, R Hauser, T Holford, Y Zhu, Y Zhang, B A Bassig, S Honig, C Chen, P Boyle, M Dai, S M Schwartz, P Morey, H Sayward, Z Hu, H Shen, P Gomery, T Zheng. Muscle-building supplement use and increased risk of testicular germ cell cancer in men from Connecticut and Massachusetts. British Journal of Cancer, 2015 ; 112 (7) : 1247.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2017 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |