Accueil du site > Nutrition > Bonnes ou mauvaises les graisses ?
Bonnes ou mauvaises les graisses ?

vendredi 23 novembre 2018

Qu’est-ce qui est meilleur, une alimentation faible en graisses et riches en glucides ou une alimentation riche en graisses et pauvre en glucides ou bien est-ce le type de graisse qui importe ?

Dans un article de recherche sur la nutrition, publié dans le magazine Science [1], des chercheurs de Harvard ayant diverses expertises sur le sujet, ont exposé le cas pour chaque position et sont arrivés à un consensus et à un agenda de recherche futur.

Les chercheurs sont d’accord pour dire qu’il n’y a pas de ratio spécifique de lipides sur les glucides qui soit meilleur pour quiconque, et qu’une alimentation globalement de bonne qualité, faible en sucres et en céréales raffinées va aider la plupart des gens à garder un poids de corps correct et sain tout en réduisant le risque de maladie chronique.

"C’est un modèle pour lequel nous pouvons dépasser ces guerres de régimes," dit David Ludwig, un des auteurs de l’étude. "Notre objectif était de rassembler une équipe de différents domaines d’expertise ayant des points de vues différents, pour identifier les points d’accord sans ignorer les différences."

Les chercheurs ont exposé les preuves de trois positions contrastées sur les recommandations alimentaires concernant la consommation de graisses et de glucides.

1- Une consommation élevée de graisse cause l’obésité, le diabète, des maladies de cœur et sans doute le cancer, ainsi les régimes alimentaires faibles en graisse sont optimaux.

2- Les sucres raffinés ont des effets négatifs sur le métabolisme, les régimes alimentaires faibles en glucides ou cétogènes (très faibles en glucides) avec un contenu riche en graisse sont meilleurs à la santé.

3- La quantité relative de graisses alimentaires et de glucides a peu d’importance pour la santé – ce qui est important c’est le type de graisse ou la source de glucides consommés.

Ils sont d’accord pour dire qu’en se focalisant sur la qualité de l’alimentation, en remplaçant les graisses saturées ou graisses trans par des graisses insaturées, et en remplaçant les sucres raffinés par des céréales complètes et des légumes sans féculents, la plupart des gens peuvent conserver une bonne santé dans un large éventail de ratios de lipides sur les glucides.

Concernant leurs points de désaccord, les auteurs ont identifié une liste de questions qui pourraient être à la base de nouvelles recherches en nutrition :

1- Est-ce que les régimes alimentaires avec différents ratios de glucides sur les graisses modifient la composition du corps (ratio de tissu adipeux sur tissu maigre) et ce quelque-soit la quantité de calories ingérées ?

2- Est-ce que les régimes cétogènes apportent des bénéfices métaboliques qui vont au-delà de ceux d’une restriction modérée de glucides, notamment pour le diabète ?

3- Quelles sont les quantités optimales des types spécifiques de graisses (comprenant les graisses saturées) dans une alimentation très faible en glucides ?

Le fait de trouver les réponses à ces questions, disent les chercheurs, va sans aucun doute conduire à des recommandations en nutrition qui seront plus efficaces dans le futur.

Références :

[1] David S. Ludwig, Walter C. Willett, Jeff S. Volek, Marian L. Neuhouser. Dietary fat : From foe to friend ? Science, 2018 ; 362 (6416) : 764.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2018 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |