Accueil du site > Santé > Comment ajouter six années à sa vie ?
Comment ajouter six années à sa vie ?

mercredi 12 septembre 2012

Une étude publiée dans le British Medical Journal [1] a découvert que le fait d’avoir un style de vie sain et de rester physiquement actif pendant ses vieux jours peut ajouter jusqu’à cinq années de vie en plus aux femmes, et six années aux hommes.

On sait déjà que des facteurs comme le style de vie, le fait d’être en surcharge pondérale, de fumer et de boire de l’alcool, sont des indicateurs de décès pour les personnes âgées. Mais on ne savait pas trop si ces associations pouvaient s’appliquer aux personnes âgées de 75 ans et plus.

Une équipe de chercheurs en Suède a mesuré les différences de longévité chez des adultes âgés de 75 ans et plus à partir de facteurs modifiables comme leur comportement et style de vie, leurs activités de loisir et leurs réseaux sociaux.

L’étude a impliqué un peu plus de 1800 individus qui ont été suivis pendant 18 ans (1987-2005). Les données sur l’âge, le sexe, l’occupation, l’éducation, les styles de vie, le réseau de relations et les activités de loisir ont été enregistrées.

Durant la période de suivi, 92% des participants sont décédés. La moitié des participants ont vécu plus de 90 ans.

Ceux qui ont survécu étaient plus souvent des femmes, avec un niveau d’instruction élevé, des comportements de style de vie sain, avaient un réseau social riche et participaient à plus d’activités de loisir que les participants décédés.

Les résultats ont montré que les fumeurs mourraient une année plus tôt que les non-fumeurs. Les anciens fumeurs avaient un mode de survie identique à celui des non-fumeurs, ce qui signifie que le fait d’arrêter de fumer vers la quarantaine réduit les effets sur la mortalité.

Parmi les activités de loisir, l’activité physique était la plus fortement associée à la longévité. L’âge moyen de décès des participants qui nageaient, marchaient ou faisaient régulièrement de la gymnastique était de deux années de plus que ceux qui ne le faisaient pas.

Globalement, le taux de survie moyen des personnes avec un profil de risque faible (style de vie sain, participation à des activités de loisir et réseau social riche ou modéré) était de 5,4 années de plus que celles qui avaient un profil à haut risque (style de vie malsain, pas d’activités de loisir et un réseau de relations limité ou pauvre).

Même parmi ceux âgés de 85 ans ou plus et les gens avec une maladie chronique, l’âge moyen du décès était de quatre années de plus pour ceux qui avaient un profil de risque faible comparés à ceux avec un profil de risque élevé.

Pour résumer, les associations entre les activités de loisir, pas de tabac et l’augmentation de la longévité sont toujours valables pour les individus de 75 ans et plus, pour les femmes une durée de vie allongée de cinq ans, et de six ans pour les hommes.

Ces associations, bien qu’atténuées, existaient toujours pour les personnes de 85 ans et plus et chez celles qui avaient des maladies chroniques. Les auteurs de conclure : "nos résultats suggèrent que le fait d’encourager les comportements de style de vie sains, même à un âge avancé, peut augmenter l’espérance de vie, en réduisant probablement la morbidité".

Références :

[1] Lifestyle, social factors, and survival after age 75 : population based study. British Medical Journal.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |