Accueil du site > Physiologie > Courir le marathon stoppe le suicide cellulaire
Courir le marathon stoppe le suicide cellulaire

vendredi 14 mai 2010

L’apoptose, la mort programmée naturelle des cellules, est arrêtée à la suite d’une activité physique énergique. Des chercheurs ont publié dans le journal BMC Physiology [1] leur étude sur les cellules mononucléaires périphériques du sang, isolées à partir d’échantillons de sang pris sur des individus juste après qu’ils aient terminé un marathon, et ils ont trouvé que l’équilibre entre l’expression des gènes pro- et anti-apoptotiques est modifiée après la course.

Gabriella Marfe de l’Université de Rome a dirigé une étude de chercheurs qui a étudié 10 athlètes amateurs après une course à pieds de 42 km. Marfe déclare : "l’apoptose est une fonction physiologique normale, dépendant d’un ensemble de signaux. Plusieurs d’entre eux peuvent être modulés par l’exercice physique vigoureux. Ici, nous avons montré pour la première fois que le sport modulait l’expression de la famille de protéines sirtuines, qui pourraient être des régulateurs clés de l’entrainement."

Les chercheurs pensent que la famille des protéines sirtuines, particulièrement les SIRT1, pourrait être impliquée dans les effets protecteurs de l’exercice contre la mort des cellules.

Evoquant ces résultats, Marfe ajoute : "les sirtuines pourraient jouer un rôle crucial de médiateurs/effecteurs dans la maintenance des tissus du squelette et du muscle cardiaque tout comme des neurones, expliquant de ce fait les effets protecteurs synergiques de l’exercice physique et de la restriction calorique pour une bonne santé en vieillissant."

Les auteurs préviennent aussi que tout sport doit être fait correctement. Marfe déclare : "des athlètes amateurs non entrainés font souvent un entrainement dur sans les conseils de professionnels. De telles séances d’exercice intenses et épuisantes peuvent être nocives jusqu’à en être fatales. Afin d’avoir des effets bénéfiques, nous recommandons que l’entrainement physique forme une partie d’un régime tout au long de la vie, avec des conseils médicaux avisés et une supervision médicale régulière."

Références :

[1] The effect of marathon on mRNA expression of anti-apoptotic and pro-apoptotic proteins and sirtuins family in male recreational long-distance runners. G. Marfe, M. Tafani, B. Pucci, C. Di Stefano, M. Indelicato, A. Andreoli, M. Antonio Russo, P. Sinibaldi-Salimei, V.Manzi. BMC Physiology.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |