Accueil du site > Techniques > Courir pieds nus peut augmenter le risque de blessures
Courir pieds nus peut augmenter le risque de blessures

samedi 28 mars 2015

Ces dernières années ont vu apparaitre une explosion de la pratique de la course à pieds sans chaussures, pieds-nus, tout comme une forte augmentation des achats de chaussures "minimalistes" qui sont proches d’une course pieds-nus, en encourageant un appui sur l’avant des pieds, entre la voute plantaire et les orteils, qui frappe donc le sol en premier.

Une étude présentée lors du congrès Annuel de l’Académie Américaine des Chirurgiens Orthopédiques (AAOS), a trouvé qu’un nombre important de coureurs expérimentés, âgés de 30 ans et plus (40 % d’hommes et 20 % de femmes), conservaient cependant un mode de course en frappant le talon en premier – ce qui arrive naturellement quand on porte une chaussure avec un talon surélevé – quand ils ou elles courent sans chaussures. Le fait de maintenir une mécanique de course à pied en frappant le talon en premier tout en courant pieds-nus ou avec des chaussures minimalistes peut conduire à des blessures plus fréquentes.

"Des études passées ont démontré que le toucher du pied au sol d’un adolescent est fortement influencé par ses chaussures de sport," explique l’auteur principal de l’étude et chirurgien orthopédique, Scott Muden. "Les jeunes coureurs s’adaptent rapidement au mode de course sur l’avant du pied quand ils courent pieds-nus, tandis que la frappe du talon au sol est normalement associée au port de chaussures avec un bon talon."

Dans cette étude, une équipe de chercheurs du Département d’Orthopédie et de Médecine du Sport de l’Université du Kansas a mesuré l’action du talon vers les orteils de 26 coureurs, tous âgés de 30 ans et plus et qui avaient au moins 10 ans d’expérience de la course à pieds, où chacun courrait avec des chaussures traditionnelles et puis pieds-nus. L’épaisseur du talon et de l’avant des pieds a été mesurée à des vitesses de course à pieds de 10 km/h, 11,5 km/h et 13 km/h pour les femmes et de 11,5 km/h, 13 km/h et 14,5 km/h pour les hommes. Un système de capture du mouvement a été utilisé pour analyser, en aveugle, les appuis du pied par un examinateur habitué à l’utilisation du système de caméra et de la mécanique de la course.

L’épaisseur du talon aux orteils des chaussures de course n’était pas significativement corrélée aux modifications de la frappe du talon sur le sol, ni aux changements de la vitesse. Le fait de courir pieds-nus avait pour résultat une réduction importante de la frappe du talon à toutes les vitesses, cependant 40 % des hommes et 20 % des femmes conservaient leur mode de course à pieds en touchant le sol de la même façon à toutes les vitesses que ce soit avec ou sans chaussures.

"Notre étude indique que les coureurs les plus vieux (30 ans et plus) ne sont pas capables de s’adapter aussi vite à la course pieds-nus," dit le Dr Mullen. "Cette incapacité d’adapter l’appui du pied au sol au changement du type de chaussure pourrait faire courir plus de risques de blessure à ces coureurs. Les coureurs les plus âgés doivent donc bien faire attention quand ils passent à un type de chaussures minimalistes."


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2018 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |