Accueil du site > Santé > Courir ralentit l’horloge de l’âge
Courir ralentit l’horloge de l’âge

lundi 16 février 2009

Selon une nouvelle étude de L’Ecole de Médecine de Stanford, qui a suivi 500 coureurs âgés pendant plus de 20 ans, le fait de courir régulièrement ralentit les effets de l’âge. Selon cette étude, ces coureurs plus âgés ont peu d’handicaps, une durée de vie active plus longue et sont moitié moins susceptibles de décéder prématurément que ceux qui ne courent pas.

"L’étude envoie un message très pro-exercice." dit James Fries, professeur émérite de médecine et auteur de l’étude. "Si vous aviez une chose à faire pour que les gens soient en meilleure santé en vieillissant, ce serait de leur faire faire des exercices aérobics." Ces nouvelles découvertes ont été publiées dans le journal Archives of Internal Medicine [1]8.

Lorsque Fries et son équipe ont commencé cette recherche en 1984, plusieurs scientifiques pensaient que l’exercice vigoureux ferait plus de mal que de bien aux personnes les plus âgées. Certains avaient peur des effets à long terme de cette nouvelle folie du jogging, en causant de nombreuses blessures orthopédiques, avec des coureurs âgés boitant en permanence à cause de leurs exercices.

Fries avait une hypothèse différente : il pensait que l’exercice régulier allongerait la qualité de la vie sans invalidité. En gardant le corps en mouvement, spéculait-il, cela n’allongerait pas nécessairement la longévité, mais réduirait la période de fin de vie, quand les gens ne peuvent plus réaliser leurs tâches quotidiennes tous seuls. Idée qu’il théorisa sous l’expression "théorie de concentration de la morbidité."

L’équipe de Fries commença à suivre 538 coureurs de plus de 50 ans, en les comparant à un groupe similaire de non coureurs. Les sujets, maintenant âgés entre 70 et 80 ans, ont répondu à des questionnaires annuels sur leurs capacités à faire des activités quotidiennes comme marcher, s’habiller et se laver, se lever de leur chaise et attraper des objets. Les chercheurs ont utilisé les registres nationaux des décès pour voir quels étaient les participants décédés entre temps et la cause des décès. 19 années d’étude, 34% de ceux qui ne courraient pas sont décédés, à comparer aux 15% chez les coureurs.

Au début de l’étude, les sportifs courraient en moyenne 4 heures par semaine. Après 21 années, leur temps de course s’est réduit en moyenne à 76 minutes par semaine, mais ils en tiraient toujours un bénéfice pour la santé.

En moyenne, les deux groupes de l’étude sont devenus moins mobiles après 21 ans, mais pour ceux qui courraient, le début d’invalidité a commencé plus tard. "Les handicaps des coureurs ont été retardés de 16 ans par rapport aux non coureurs" dit Fries "En général, les coureurs sont restés en bonne santé plus longtemps."

Non seulement le fait de courir a retardé leur invalidité, mais le fossé entre les capacités des coureurs et des non coureurs s’est accru avec le temps.

"On ne s’attendait pas à ça" dit Fries, notant que la différence qui s’accroissait entre les groupes a été apparente pendant plusieurs années. "Les bénéfices pour la santé de l’exercice sont plus importants que ce que nous pensions."

Fries a été surpris de voir que l’écart entre les coureurs et les non coureurs continuait à s’élargir, même quand les sujets entraient dans leur neuvième décennie de vie. L’effet était probablement du à la masse musculaire plus importante des coureurs, ainsi qu’à leurs habitudes plus saines en général, dit-il. "Nous ne pensons pas que cet effet puisse durer pour toujours" ajoute Fries. "Nous savons que la mort est inéluctable et que nous aurons 100% de mortalité dans les deux groupes !"

Néanmoins, les effets de la course à pied sur le retardement du décès ont aussi été plus importants que ce à quoi s’attendaient les scientifiques. Les coureurs ont eu moins de décès cardiovasculaires. Cela a aussi été associé à moins de décès par cancers, maladies neurologiques, infections et autres causes.

Les prédictions de blessures, faites par les autres scientifiques pour les coureurs, ne se sont pas réalisées. Fries et ses collègues ont publié un article dans le Journal Américain de Médecine Préventive montrant que courir n’était pas associé à un taux plus important d’ostéoarthrite chez les plus âgés. Les coureurs n’ont pas non plus eu besoin de plus d’opération du genou.

"Courir sans trop forcer n’est pas mauvais" dit-il, en ajoutant que courir semble plus sûr pour les articulations que des sports d’impacts comme le football, ou des mouvements non naturels comme faire des pointes de danse.

"Quand nous avons commencé pour la première fois, nos idées ont été considérées avec scepticisme." dit-il. "Maintenant, d’autres résultats vont dans la même direction."

Références :

[1] Reduced Disability and Mortality Among Aging Runners : A 21-Year Longitudinal Study. E. Chakravarty, H. Hubert, V. Lingala, J. Fries. Archives of Internal Medicine, 2008 ; 168 (15) : 1638


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |