Accueil du site > Physiologie > Des chercheurs expliquent l’élimination de la graisse
Des chercheurs expliquent l’élimination de la graisse

samedi 7 mars 2009

Des chercheurs de l’Université de l’État de Géorgie ont découvert que les cellules graisseuses envoyaient des signaux au cerveau, dans le but de réguler le brûlage de la graisse de la même façon qu’un thermostat régule la température à l’intérieur d’une maison [1].

Avec une épidémie d’obésité allant croissante, menaçant la santé et l’espérance de vie dans certains pays trop bien nourris, la recherche pourrait aider les scientifiques à mieux comprendre comment le poids est réparti.

C. Kay Song et Tim Bartness de l’État de Géorgie, avec Gary Schwartz du Collège de Médecine Albert Einstein, ont trouvé que pendant le processus qui brûle les graisses, appelé la lipolyse, les cellules de graisse utilisaient les nerfs sensoriels pour envoyer de l’information vers le cerveau.

En utilisant des virus pour tracer les communications dans les nerfs de hamsters sibériens, ils ont trouvé que le cerveau utilisait une partie du système nerveux déjà utilisé pour réguler les fonctions corporelles, appelé "système nerveux sympathique", et s’en servait pour communiquer avec les cellules afin d’initier, de continuer ou de stopper la consommation de la graisse, cela dépendant de l’information que le cerveau recevait du tissu adipeux.

"Le cerveau peut stimuler le brûlage des lipides par les cellules graisseuses et à travers ces nerfs sensoriels, les cellules graisseuses peuvent envoyer des signaux au cerveau en retour" explique Bartness. "C’est un concept très important en biologie, étant donné qu’il peut réguler le processus de la lipolyse autant qu’un thermostat peut réguler la température dans votre maison, en utilisant les informations entrantes de l’air et les sorties vers un fourneau ou une unité de chauffage."

"La présence et la fonction des nerfs sensoriels ont été complètement ignorées et les régions du cerveau qui reçoivent cette information sensorielle étaient inconnus jusqu’à ce que nous faisions ces études" dit-il.

Quand le corps possède une faible quantité d’un type de carburant utile et disponible, un hydrate de carbones appelé le glycogène, le corps lance la lipolyse afin de libérer l’énergie stockée dans les cellules graisseuses. A la fin des nerfs qui font partie du système nerveux sympathique, un élément chimique appelé "norépinéphrine" est libéré pour stimuler le décomposition de la graisse.

Les nerfs sensoriels semblent alors renvoyer une information au cerveau pour l’informer de l’état de la lipolyse, lui communiquant si trop ou pas assez d’énergie a été libérée, et l’activité des nerfs sympathiques peut être ajustée en fonction de cela.

"Si vous faites une quantité d’exercice modérée, ou si l’intervalle de temps depuis lequel vous avez mangé est long, vous aurez utilisé toute, ou presque toute, votre quantité de glycogène disponible, ce qui exigera de décomposer de la graisse pour fournir suffisamment d’énergie" dit-il. "Mais vous n’en utiliserez pas plus que ce dont vous avez besoin. Ainsi, ceci serait un des moyens d’arrêter le système nerveux dans sa stimulation de libération de trop d’énergie lipidique à partir de la graisse."

Bartness dit que bien que ce processus de communication soit connu pour jouer un rôle dans le brûlage de la graisse à court terme, les chercheurs ne sont pas sûrs que ce processus soit impliqué dans les problèmes de consommation de graisse à long terme, qui sont importants pour la compréhension de l’obésité et pour savoir pourquoi certaines personnes brûlent plus rapidement leur graisse que d’autres.

"Il se pourrait que les nerfs sensoriels aient une fonction duale" explique-t-il. "En plus du processus de lipolyse immédiat, ils pourraient aussi avoir une fonction à plus long terme. C’est compliqué, il pourrait s’agir d’un sous-ensemble différent de leur gestion des réserves de graisse à long terme."

Références :

[1] Anterograde Transneuronal Viral Tract Tracing Reveals Central Sensory Circuits From White Adipose Tissue. American Journal of Physiology : Regulatory, Integrative and Comparative Physiology.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |