Accueil du site > Nutrition > Des chercheurs réfutent des mythes sur la nutrition
Des chercheurs réfutent des mythes sur la nutrition

mercredi 1er mars 2017

Une alimentation qui met l’accent sur les fruits et les légumes est la meilleure pour la santé du coeur.

Les chercheurs ont analysé les études sur la nutrition pour en publier leurs conclusions dans une revue du Journal of the American College of Cardiology [1], qui tend à faire le ménage dans la confusion qui règne autour des meilleurs modes d’alimentation afin de réduire les maladies de cœur. Cette revue conclut que les preuves actuelles confirment avec insistance qu’il faut manger beaucoup de fruits, légumes, céréales complètes et des noix avec modération. Bien que plus controversées, certains régimes bons pour le cœur peuvent aussi contenir des quantités limitées de viande maigre, de poisson, de produits laitiers faibles en graisse et d’huiles liquides végétales.

"Il y a une grande quantité de désinformation et d’informations erronées sur des régimes à la mode, comprenant des pilules aux antioxydants, des jus de toutes sortes et des régimes sans gluten," explique le Docteur Andrew Freeman auteur de l’étude. "Cependant, il y a un certain nombre de modes d’alimentation qui ont clairement démontré qu’ils réduisaient le risque de beaucoup de maladies chroniques, y compris les maladies cardiovasculaires."

Leur analyse a examiné plusieurs de ces modes alimentaires, tout comme les "matraquages publicitaires et les controverses" qui gravitent autour de la nutrition, pour apporter aux cliniciens une information fiable afin de les aider à parler à leurs patients de leurs habitudes alimentaires. "Il y a un consensus croissant qui dit qu’un régime qui repose principalement sur les végétaux, légumes, fruits, céréales compètes est celui dans lequel les améliorations les plus importantes ont été perçues pour la santé du cœur," dit Freeman.

Les autres sujets relatifs à la nutrition couverts par leur analyse comprennent :

- Les œufs et le cholestérol : bien qu’un compte-rendu gouvernemental en 2015 ait abaissé les recommandations des limites supérieures de la consommation de cholestérol, la revue conclut : "il reste prudent de conseiller aux patients de limiter significativement la consommation de cholestérol alimentaire, sous la forme de jaune d’œuf ou tout aliment riche en cholestérol, autant que faire se peut."

- Les huiles végétales : l’huile de coco et l’huile palme doivent être déconseillées à cause des données limitées qui supportent leur utilisation. L’huile la plus saine pour le cœur est l’huile d’olive, bien que peut-être avec modération car elle est tout de même très calorique.

- Les fruits rouges et les suppléments d’antioxydants : Les fruits et les légumes sont les meilleures sources d’antioxydants pour réduire le risque de maladie de cœur. Il n’y a pas de preuve irréfutable que le fait d’ajouter des compléments alimentaires même à haute dose profite à la santé cardiovasculaire.

- Les noix : les noix peuvent faire partie d’une saine alimentation pour le cœur. Mais attention à ne pas en consommer trop car elles sont riches en calories.

- Les jus : tandis que les fruits et légumes contenus dans les jus sont bons pour le cœur, le processus de transformation en jus concentre les calories, ce qui facilite leur ingestion en trop grande quantité. Le fait de manger des fruits et des légumes entiers est bien meilleur, alors que les jus sont principalement réservés aux situations dans lesquelles la consommation quotidienne de fruits et légumes est difficile. Si vous faites des jus, il faut éviter d’y ajouter du sucre et du miel afin d’éviter les calories supplémentaires.

- Le gluten : les personnes qui souffrent de la maladie céliaque ou d’autre sensibilité au gluten doivent éviter le gluten – blé, orge et seigle. Pour les individus qui n’ont aucune sensibilité au gluten, la plupart des déclarations sur les bénéfices à la santé d’une alimentation sans gluten sont inutiles et sans fondements.

Les auteurs de l’étude expliquent également pourquoi il y a tant de confusion dans les études sur la nutrition. Selon ces chercheurs, beaucoup de ces études sont financées et/ou influencées par l’industrie alimentaire et elles peuvent contenir certains biais et défauts.

En outre, il est très difficile de séparer les effets des nutriments bien spécifiques dans un aliment. Par exemple, une pomme contient beaucoup de composants comme des protéines, des vitamines et des fibres, expliquent les scientifiques. Beaucoup de gens qui ont une alimentation saine ont aussi un style de vie assez sain, ils font plus de sport, dorment assez et ne fument pas, et il peut être très compliqué d’isoler séparément les effets d’une alimentation de ces autres comportements.

Certaines études sur la nutrition tendent à reposer sur des enquêtes qui font confiance aux souvenirs des gens, sur ce qu’ils mangent, ce qui n’est pas toujours fiable, explique Freeman. Le fondateur de la médecine, Hippocrate, disait "que ton aliment soit ton médicament". Mais dans la grande majorité, les médecins ont peu de formation en nutrition. "Si nous pouvons faire en sorte que les médecins, et notamment les cardiologues, comprennent la valeur de la nutrition dans la pratique médicale, nous pourrions avoir un impact plus important sur la réduction des maladies de cœur, ce qui sera sans doute rentable," conclut-il.

Références :

[1] Trending Cardiovascular Nutrition Controversies. Journal of the American College of Cardiology, Volume 69, Issue 9, pp 1172-1187. Andrew M. Freeman, Pamela B. Morris, Neal Barnard, Caldwell B. Esselstyn, Emilio Ros, Arthur Agatston, Stephen Devries, James O’Keefe, Michael Miller, Dean Ornish.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2017 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |