Accueil du site > Physiologie > Est-ce que la musculation bloque la croissance des enfants ou adolescents (...)
Est-ce que la musculation bloque la croissance des enfants ou adolescents ?

mercredi 29 mars 2017

Qu’est-ce cela signifie "bloquer la croissance" ?

Les zones de cartilage mou près de la terminaison d’un os en croissance fixent sa forme et longueur éventuelle. Ces régions cartilagineuses sont appelées les plaques de croissance épiphysaires.

Quand vous arrêtez de grandir, les plaques de croissance épiphysaires dans vos os se durcissent et deviennent fonctionnellement identiques au reste de vos tissus osseux.

Quand un adolescent plus âgé s’approche de la fin de la puberté, la force des plaques de croissance de ses os est souvent moindre que la force de ses ligaments. C’est tout spécialement vrai chez les plus jeunes qui se lancent dans des activités d’entraînement de musculation comme le bodybuilding ou l’haltérophilie.

Si un adulte avec des os complètement durs, i.e. des os qui ne grandiront plus, subit un malheureux accident, cela pourrait causer un stress suffisamment puissant sur l’articulation pour provoquer une blessure au ligament. Quand un adolescent est impliqué dans le même genre d’accident, et que la plaque de croissance épiphysaire de ses os est plus faible que ses ligaments, il se retrouve souvent avec une fracture de la plaque de croissance plutôt qu’une déchirure du ligament. Une fracture de la plaque de croissance épiphysaire qui n’est pas soignée peut stopper votre croissance. Ce genre de fracture est une blessure sérieuse ayant des conséquences potentiellement nocives pour la vie, mais avec une intervention médicale compétente, cela ne devrait pas être trop handicapant. Les chirurgiens réparent facilement ce genre de blessure dans le pire des cas.

Comment la musculation peut-elle être associée à un blocage de la croissance

Les adolescents qui sont forts, qui pourraient avoir développé leur force grâce à la musculation, pourraient souffrir de fracture de la plaque de croissance plutôt que d’une déchirure du ligament, parce que leur plaque de croissance qui est encore tendre représente le point faible de leur anatomie dans et à proximité des articulations. C’est ce qui a conduit à la spéculation ayant créé un lien entre l’entraînement de musculation et les fractures de la plaque de croissance.

Le gouvernement des États-Unis a rassemblé des données sur les blessures chez les adolescents [1]. Ses résultats indiquent qu’environ 50% des fractures de la plaque de croissance surviennent dans des sports ou activités de loisir. Le football, le basketball, le skateboard, le rugby et le cyclisme sont les cinq activités pour lesquelles il y a le plus de fracture de la plaque de croissance épiphysaire. La musculation n’était pas directement impliquée dans les fractures de la plaque de croissance.

En outre, une étude publiée dans le journal médical Pediatrics [2] a fait le point sur la question de l’entraînement de musculation pour les enfants et adolescents. Elle a conclu qu’un entraînement de musculation approprié n’avait pas d’effet secondaire apparent sur la croissance linéaire, ni sur la croissance des plaques de croissance épiphysaire, ni sur le système cardiovasculaire des enfants en bonne santé.

Il est donc raisonnable de conclure que les idées reçues qui affirment que la musculation peut stopper votre croissance ne sont pas seulement fausses, mais elles sont aussi nuisibles. Le risque de fracture de la plaque de croissance épiphysaire, à cause d’un accident durant une activité de loisir, n’est pas une raison suffisamment valable pour que les adolescents se privent des nombreux bénéfices positifs de l’entraînement de musculation.

Si la musculation n’arrête pas la croissance, pourquoi tant de gens (et médecins) y croient ?

Nombreux sont ceux qui tombent dans l’erreur logique commune de faire une confusion entre la cause et l’effet (le fameux syllogisme Post Hoc).

Les meilleurs haltérophiles et bodybuilders sont généralement petits. Il est plus facile de porter un poids lourd au-dessus de sa tête si vous n’êtes pas trop grand, parce que vous n’avez pas besoin d’élever le poids aussi loin du sol. Les bodybuilders, dont certains peuvent peser 100 kg ou plus, ne sont habituellement pas très grands, simplement parce qu’il est plus difficile pour les grands d’avaler les quantités massives de nourriture nécessaires pour alimenter une quantité proportionnée de croissance musculaire qu’un homme plus petit avec des muscles plus petits.

Et comme les meilleurs haltérophiles et culturistes sont petits, de nombreuses personnes en concluent de façon erronée que c’est le fait de soulever des poids qui est responsable de leur hauteur, au lieu de conclure que c’est leur stature qui est responsable de leur réussite en haltérophilie.

Enfin, avant que les traitements médicaux modernes soient développés, si un enfant anormalement fort survivait à une fracture de la plaque de croissance, il restait souvent handicapé à vie. Il est ensuite facile de blâmer la force de l’enfant comme responsable de la blessure, plutôt que l’accident qui l’a blessé.

Références :

[1] Overview of Injuries in the Young Athlete. Sports Medicine, Volume 33, N° 1, 2003 , pp. 75-81(7).

[2] Strength Training by Children and Adolescents PEDIATRICS, Vol. 121 No. 4 April 2008, pp. 835-840.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2017 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |