Accueil du site > Nutrition > Suppléments > Etude de cas : les suppléments alimentaires contenant des stéroïdes.
Etude de cas : les suppléments alimentaires contenant des stéroïdes.

mercredi 19 août 2009

Trois cas de patients souffrants d’effets secondaires à cause de compléments alimentaires enrichis en stéroïdes ont été rapportés par l’hôpital américain Henry Ford [1].

Ces cas comprennent des patients avec des lésions au foie et des défaillances des reins. La Food and Drug Administration américaine a mis en garde les bodybuilders contre la consommation, trop fréquente, de suppléments alimentaires qui sont illégalement enrichis en stéroïdes anabolisants.

"A ce jour, les comptes-rendus des conséquences délétères sur la santé de faibles doses de stéroïdes dans les compléments alimentaires sont peu nombreux, mais nos cas publiés éclairent les conséquences potentielles pour la santé de l’utilisation de ces suppléments, avec des sujets ignorants qui deviennent des victimes" déclare Stuart Gordon médecin à la Division de Gastroentérologie et Hépatologie de l’hôpital Henry Ford.

Les cas de ces trois adultes masculins en bonne santé, âgés entre 21 et 38 ans, ont été rapportés avec des symptômes comprenant des nausées, une anorexie, une jaunisse, de sévères démangeaisons et des problèmes rénaux.

- Un homme blanc de 21 ans en bonne santé présentait des symptômes de nausée, d’anorexie, de jaunisse et de démangeaisons sévères. Il réfutait toute consommation d’alcool ou de drogue et ne prenait aucun médicament, mais déclarait consommer en grande quantité un supplément nommé Superdrol, un agent pour le bodybuilding contenant de la méthastérone, depuis plusieurs mois avant sa visite. Il avait acheté ce composé sur internet, et il cessa de prendre ce supplément au début de ses symptômes

- Un homme d’affaires de 30 ans, préalablement en bonne santé, s’est présenté à l’hôpital avec un historique de 5 semaines de jaunisse et de démangeaisons. Ses médicaments comprenaient de l’oméprazole et des compléments alimentaires aux plantes comme du sulfate de chondroitine, de la glucosamine, de la glutamine et de la créatine. Il reconnaissait aussi prendre un complément alimentaire pour le culturisme contenant du déhydroépiandrostérone (DHEA). Touché par ses symptômes, il stoppa toute consommation de ce supplément juste avant son hospitalisation.

- Un homme de 38 ans, qui était jusque ici en bonne santé, s’est présenté pour évaluer un jaunisse. Il d’abord remarqué le début d’un ictère sclérotique 6 semaines avant. Ses symptômes comprenaient des démangeaisons intenses et s’aggravant, une fatigue généralisée, des nausées, une perte d’énergie et de poids. Son passé n’était pas extraordinaire. Il ne buvait pas d’alcool ni ne prenait de drogues, ne prenait aucun médicament. Ses symptômes allant en s’aggravant, et ses reins de mal en pis, il fut admis à l’hôpital.

Ces trois cas s’ajoutent à d’autres constatations qui totalisent 6 cas sur l’année.

"Les stéroïdes anabolisants sont connus depuis longtemps pour causer des dommages au foie, mais ce qu’on ne sait pas c’est que certains suppléments alimentaires, consommés en quantité, peuvent aussi contenir ces composés" dit le Dr Gordon. "L’acheteur de ces produits n’a probablement pas conscience de consommer ces agents, même après avoir lu l’étiquette."

Références :

[1] Prolonged intrahepatic cholestasis and renal failure secondary to anabolic androgenic steroid-enriched dietary supplements. Krishnan PV, Feng ZZ, Gordon SC. J Clin Gastroenterol. 2009 Aout ; 43(7):672-5


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2017 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |