Accueil du site > Santé > Il n’est jamais trop tard pour bénéficier des bienfaits du sport
Il n’est jamais trop tard pour bénéficier des bienfaits du sport

mercredi 27 novembre 2013

Il n’est jamais trop tard pour se mettre au sport, même ceux qui démarrent relativement tard dans la vie récolteront des bénéfices importants pour leur santé. C’est ce que vient de montrer une étude publiée dans le British Journal of Sports Medicine [1]. En effet, quatre années d’activité physique soutenue ont augmenté de sept fois la probabilité de vieillir en bonne santé par rapport à de l’inactivité.

Les chercheurs ont suivi la santé de presque 3500 personnes, qui étaient âgées en moyenne de 64 ans, pendant plus de huit ans. Tous les participants faisaient partie d’une étude sur le vieillissement qui concernait un échantillon national représentatif de la population d’Angleterre, né le 29 février 1952 ou avant.

Les chercheurs voulaient quantifier l’impact de l’activité physique sur le risque de développer des maladies à long terme comme la dépression et la sénilité, ainsi que la probabilité de vieillir en bonne santé. Ce qui ne veut pas seulement dire vivre sans aucune maladie ni invalidité, mais aussi en restant en bonne santé mentalement, en gardant ses capacités cognitives intactes et la capacité de conserver des activités/relations sociales.

Il y a de plus en plus de preuves qui montrent que l’activité physique régulière est essentielle pour la conservation d’une bonne santé, tandis qu’à travers le monde l’inactivité est classée au même rang que le tabagisme, l’alcool et l’obésité comme une cause majeure de réduction de l’espérance de vie.

Les participants devaient décrire la fréquence et l’intensité de l’activité physique régulière qu’ils avaient faite en 2002-2003, et puis tous les deux ans qui suivaient jusque 2010-2011. Leurs réponses étaient catégorisées comme soit "inactif" (aucune activité vigoureuse ni modérée sur une base hebdomadaire) ; "modérément actif" (au moins une fois par semaine) et "très actif" (au moins une fois par jour).

Tout changement dans la fréquence et l’intensité ont été notés lors des sessions bisannuelles : "toujours inactif", "est devenu inactif", "est devenu actif", "toujours actif". Les maladies graves comme les crises cardiaques, attaques, diabète, emphysèmes ou maladie d’Alzheimer ont été confirmées par les dossiers médicaux.

Les aptitudes cognitives et la santé mentale ont été évaluées par une batterie de tests, tandis que l’invalidité a été mesurée par les réponses des participants aux questions sur l’aisance avec laquelle il étaient en mesure de réaliser des activités de la vie de tous les jours, et par un test objectif de marche rapide.

Presque un individu sur 10 de l’échantillon est devenu actif et 70% sont restés actifs. Le reste est resté inactif ou est devenu inactif. À la fin de la période d’enregistrement presque quatre personnes sur 10 ont développé une maladie à long terme, presque une sur cinq était déprimée et un tiers était plus ou moins invalide, un sur cinq était cognitivement diminué.

Mais un sur cinq a été défini comme une personne âgée en bonne santé. Et il y avait un lien direct entre la probabilité de vieillir en bonne santé et la quantité d’exercice réalisé. Ceux qui avaient régulièrement fait de l’activité physique modérée ou vigoureuse au moins une fois par semaine étaient trois à quatre fois plus susceptibles de vieillir en bonne santé que ceux qui étaient restés inactifs.

Ceux qui sont devenus actifs ont aussi profité des bénéfices, surtout par rapport à ceux qui ne faisaient rien. Ils étaient trois fois plus susceptibles d’être en bonne santé malgré leur âge avancé. Et ceux qui ont conservé une activité physique régulière durant toute la période étaient sept fois plus susceptibles d’être des vieux en bonne santé que ceux qui sont constamment restés inactifs.

Les auteurs de conclure que leur étude confirme les initiatives de santé publique qui poussent les personnes âgées à pratiquer une activité physique, même celles qui sont avancées en âge.

Références :

[1] M. Hamer, K. L. Lavoie, S. L. Bacon. Taking up physical activity in later life and healthy ageing : the English longitudinal study of ageing. British Journal of Sports Medicine, 2013 ; DOI : 10.1136/bjsports-2013-092993.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |