Accueil du site > Matériel > L’acupression contre les nausées et les vomissements
L’acupression contre les nausées et les vomissements

mardi 2 juillet 2013

L’acupuncture ne se cantonne pas à une seule forme de thérapie, il existe des douzaines de variations sur le même thème. Par exemple, les points d’acupuncture peuvent, selon les adeptes de cette forme de traitement, être stimulés de nombreuses et différentes manières : aiguilles, chaleur (moxibustion), courant électrique, lumière laser, ultrasons ou pression. Dans ce dernier cas, la thérapie s’appelle "l’acupression". Cette thérapie est populaire et souvent recommandée comme forme de traitement à faire soi-même pour soulager par exemple les nausées et les vomissements de toutes causes.

Les nausées causées par la chimiothérapie peuvent normalement être traitées avec succès avec des médicaments antiémétiques standards. Cependant, certains patients ne réagissent pas bien et d’autres préfèrent une option non médicamenteuse comme l’acupression pour laquelle ils ont trouvé des éléments qui les encouragent dans cette voie. Une étude récente a apporté des nouveaux éléments à ce sujet [1].

Son objectif était d’évaluer l’efficacité et le bénéfice de l’acupression en utilisant des bracelets comparés à de l’acupression simulée et des soins standards seuls dans la gestion des nausées causées par la chimiothérapie. Le second objectif comprenait l’évaluation de l’efficacité et du bénéfice des bracelets en relation avec les vomissements et la qualité de la vie analysés à tout âge, sur les deux sexes et les risques d’effets émétisants. L’étude a été réalisée sur des patients sous chimio en différentes unités hospitalières du Royaume-Uni. Les patients sous chimiothérapie qui ont été inclus dans l’étude avaient des risques émétisants faibles, modérés ou élevés.

L’intervention avec le bracelet d’acupression appuyait sur le point d’acupuncture P6 (à l’intérieur de l’avant-bras), les faux bracelets n’avaient aucune pression sur des points d’acupuncture ou les patients ne portaient pas de bracelet du tout ; les trois groupes recevaient des soins normaux en plus. Les principales mesures de résultat étaient prises grâce à l’Indice Rhodes pour les Nausées/Vomissements, et d’autres outils permettant de mesurer ces variables (Multinational Association of Supportive Care in Cancer (MASCC) Antiemesis Tool ; Functional Assessment of Cancer Therapy – General (FACT-G)). Les participants ont aussi complété des mesures de dépression/anxiété, de leurs attentes face aux nausées/vomissements et leurs attentes concernant l’utilisation du bracelet.

500 patients au total ont été répartis au hasard (166 en soins normaux, 166 en fausse acupression + soins et 168 en acupression + soins). Les données ont été récoltées sur 361 patients pour les principaux résultats. L’analyse brute n’a révélé aucune différence entre les trois. Les femmes réagissaient mieux à l’utilisation des bracelets d’acupression simulée que les hommes. Il n’y avait pas de différence importante pour ce qui était des résultats sur les vomissements, l’anxiété et la qualité de la vie. Certains effets secondaires éphémères ont été rapportés, comme des raideurs dans la région des bracelets, un sentiment de malaise quand ils le portaient et des gonflements mineurs. Il n’y avait pas de différences statistiques significatives en termes de coûts avec l’utilisation des véritables bracelets d’acupression.

Au total, 26 patients ont pris part aux sondages qualitatifs. Ces données qualitatives ont montré que les participants ont perçu les bracelets (qu’ils soient réels ou faux) comme efficaces et utiles dans la gestion de leurs nausées pendant la chimiothérapie. Les auteurs ont conclu qu’il n’y avait pas de différences statistiquement importantes entre les trois solutions en termes de nausées, vomissements et qualité de vie.

Étonnamment, cette étude a été publiée dans deux journaux différents, et le second article [2] a rapporté les mêmes données, mais en concluant qu’il n’y avait pas de recommandations claires qui pouvaient être faites à propos de l’utilisation des bracelets d’acupression dans la gestion des nausées et vomissements causés par la chimiothérapie.

Une autre étude relativement semblable [3] avait testé l’acupression sur les nausées et vomissements post-opératoires. 134 femmes en bonne santé et non fumeuses qui devaient subir une opération chirurgicale du sein, ont porté soit un bracelet de stimulation du point P6 soit un faux bracelet. Les bracelets étaient appliqués et couverts par un vêtement avant l’anesthésie. Le suivi a été réalisé trois fois pendant 24 heures après l’opération. Les principaux résultats mesurés étaient les nausées et/ou les vomissements post-opératoires.

120 patientes sont allés jusqu’au bout de l’étude. Celle-ci n’a rapporté aucune différence statistiquement significative dans l’incidence des nausées et des vomissements. Environ un tiers des patients a rapporté des effets secondaires causés par le bracelet comme par exemple des rougeurs, des gonflements et une sensibilité.

Les auteurs ont conclu n’avoir pas trouvé que le bracelet était efficace dans le cadre de la prévention des nausées ou des vomissements après une opération chirurgicale du sein chez les femmes.

Il y a eu un petit peu de recherches sur l’acupression. Le résumé le plus récent comprend deux méta-analyses, 6 revues systématiques et 39 études randomisées contrôlées pour différentes conditions. Ses auteurs ont établi que les preuves les plus solides étaient pour les douleurs (surtout la dysménorrhée, le mal de dos et l’accouchement), les nausées et vomissements suite à une opération.

Alors est-ce que l’acupression est efficace pour ce qui est de réduire les nausées et vomissements ou non ? Les éléments de preuve sont contradictoires à un tel degré que s’en est déconcertant. Si nous analysons plus en profondeur les études existantes, nous pouvons voir que plus les études sont rigoureuses, moins les auteurs sont impliqués dans la vente des produits et plus elles rapportent des résultats négatifs. Ce qui montre que l’acupression n’a pas d’autres effets que purement placébos.

Références :

[1] The effectiveness and cost-effectiveness of acupressure for the control and management of chemotherapy-related acute and delayed nausea : Assessment of Nausea in Chemotherapy Research (ANCHoR), a randomised controlled trial. Molassiotis A, Russell W, Hughes J, Breckons M, Lloyd-Williams M, Richardson J, Hulme C, Brearley S, Campbell M, Garrow A, Ryder W. Health Technol Assess. 2013 Jun ;17(26):1-114. doi : 10.3310/hta17260.

[2] J Pain Symptom Manage. 2013. pii : S0885-3924(13)00210-8. doi:0.1016/j.jpainsymman.2013.03.007. The Effectiveness of Acupressure for the Control and Management of Chemotherapy-Related Acute and Delayed Nausea : A Randomized Controlled Trial. Molassiotis A, Russell W, Hughes J, Breckons M, Lloyd-Williams M, Richardson J, Hulme C, Brearley SG, Campbell M, Garrow A, Ryder WD.

[3] Eur J Anaesthesiol. 2011 Jun ;28(6):412-9. doi : 10.1097/EJA.0b013e32833f6f42. Acupressure at acupoint P6 for prevention of postoperative nausea and vomiting : a randomised clinical trial. Majholm B, Møller AM.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2018 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |