Accueil du site > Physiologie > L’hormone de l’estomac la ghréline augmente l’envie d’aliments très (...)
L’hormone de l’estomac la ghréline augmente l’envie d’aliments très caloriques

lundi 21 juin 2010

Selon une étude présentée lors de la conférence de l’Endocrine Society [1], l’hormone de la faim, la ghréline, qui agit dans le cerveau pour stimuler la faim et augmenter la consommation de nourriture, intensifie le besoin d’aliments très caloriques par rapport aux aliments peu caloriques.

"Cela relance la possibilité qu’un médicament qui bloque l’action de la ghréline puisse permettre de réduire les envies irrésistibles d’aliments riches en calories, et ainsi aider les personnes obèses à perdre du poids" explique l’auteur de l’étude, le Dr Tony Goldstone.

Ces résultats suggèrent aussi, selon Goldstone, qu’une libération accrue de ghréline de l’estomac vers le sang pourrait expliquer pourquoi une personne qui saute le petit-déjeuner trouve aussi les aliments caloriques plus attirants que les aliments hypocaloriques.

Dans cette étude, des adultes obèses en bonne santé, 13 hommes et 5 femmes, ont regardé des images de nourriture trois matins différents : une fois après avoir sauté le petit-déjeuner et deux fois environ 90 minutes après avoir mangé leur petit-déjeuner. Lors d’une visite, quand les sujets ont avalé le petit-déjeuner, ils ont reçu une injection d’eau salée (comme contrôle) 40 minutes avant de regarder les photos d’aliments, et lors de l’autre visite avec le petit-déjeuner, ils ont reçu une injection de ghréline. Ni les volontaires, ni les scientifiques ne savaient quelles injections ils recevaient lors de chaque visite.

Les images d’aliments riches en calories comprenaient du chocolat, des pâtisseries et des pizzas. Parmi les aliments faiblement caloriques on trouvait des salades, des légumes et du poisson. Avec un clavier, les sujets notaient l’attirance qu’ils ressentaient pour chaque aliment.

L’attirance des aliments hypocaloriques ne différaient pas significativement entre les visites. Les aliments hypercaloriques étaient aussi attirants que les aliments hypocaloriques quand les sujets avaient mangé un petit-déjeuner et avaient reçu une injection d’eau salée. Cependant, les aliments riches, tout spécialement les desserts, étaient plus attirants quand les sujets étaient à jeun et quand ils avaient reçu de la ghréline après le petit-déjeuner.

"Le ghréline imite le jeûne en trompant l’attirance vis-à-vis de la nourriture vers des aliments richement caloriques" dit Goldstone. "Les modifications des préférences que nous ressentons vis-à-vis des aliments, lorsque nous sautons des repas, pourraient être expliquées par des changements dans les niveaux de ghréline dans notre sang qui aident à réguler notre consommation calorique générale."

Le groupe de Goldstone a obtenu des images par résonance magnétique fonctionnelle de l’activité du cerveau pendant que les sujets évaluaient leur attirance vis-à-vis des images des aliments. Après avoir analysé ces images, les chercheurs espèrent identifier les systèmes de "récompense" du cerveau à travers lesquels la ghréline affecte les préférences alimentaires.

Références :

[1] Fasting Biases Brain Reward Systems towards High-Calorie Foods. Anthony Goldstone, Metabolic Molecular Imaging Group MRC Clinical Sciences Centre, Imperial College London


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2017 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |