Accueil du site > Santé > L’inactivité musculaire est à la base des dangers de la sédentarité
L’inactivité musculaire est à la base des dangers de la sédentarité

samedi 4 octobre 2014

Des mauvaises valeurs concernant le cholestérol sont associées à une période d’inactivité musculaire, même chez ceux qui font de l’exercice physique.

Plusieurs études ont montré que le fait de rester trop longtemps assis est considéré comme un facteur de risque indépendant pour de nombreux troubles chroniques, comme les maladies cardiovasculaires. Comme cela avait été dit, la position assise prolongée est le nouveau tabagisme des temps modernes. Mais il a également été montré que le lien entre le fait de rester trop longtemps assis et une mauvaise santé est aussi vrai pour ceux qui font régulièrement du sport.

Mais ce qu’on ne savait pas vraiment était ce qui rendait précisément la position assise si dangereuse. La réponse pourrait provenir d’une trop grande inactivité musculaire, d’après une recherche publiée dans Medicine & Science in Sports & Exercise [1].

Des chercheurs Finlandais ont donné à 150 adultes des vêtements spéciaux qui mesuraient l’activité musculaire de leurs jambes et de leurs articulations pendant les jours normaux de la semaine. Les muscles étaient considérés comme inactifs s’ils enregistraient une plus faible amplitude électromyographique que quand ils étaient en position debout. L’activité modérée à vigoureuse était définie comme produisant une amplitude plus grande qu’une marche à un rythme de 5 kilomètres par heure.

Même si les participants étaient en bonne forme physique et actifs, leurs jambes et articulations étaient en moyenne inactives pendant 65% de leur journée (hors sommeil). C’est-à-dire que pour presque les deux tiers du temps pendant lequel ils étaient éveillés, certains des plus gros muscles de leur corps étaient moins actifs que s’ils étaient debout.

Les chercheurs ont ensuite divisé les participants en quatre groupes, depuis ceux qui avaient le niveau d’inactivité le plus élevé jusqu’à ceux qui étaient les plus actifs. Par rapport à ceux qui étaient les plus actifs (55% ou moins du temps), ceux qui étaient les plus inactifs (au moins 74% du temps passé sans bouger) avaient les pires niveaux de cholestérol HDL et de triglycérides. Ceci restait vrai quel que soit la quantité de temps passée à faire une activité physique modérée ou vigoureuse.

L’un des meilleurs conseils donnés aux travailleurs sédentaires est de faire des pauses fréquentes en se levant de leur siège. Cette étude donne un moyen simple pour ce faire : le fait de se mettre debout produit suffisamment d’activité musculaire dans les jambes pour rester en-dessous des seuils associés aux niveaux de cholestérol les moins bons.

"Ces résultats confirment les messages précédents disant qu’il faut se lever, moins s’assoir, bouger plus pour favoriser la santé métabolique en plus des conseils d’exercice physique déjà délivrés", concluent les chercheurs.

Références :

[1] Muscle Inactivity is Adversely associated with Biomarkers in Physically Active Adults. Pesola, Arto J. ; Laukkanen, Arto ; Tikkanen, Olli ; Sipilä, Sarianna ; Kainulainen, Heikki ; Finni, Taija. Medicine & Science in Sports & Exercise, 2014. doi : 10.1249/MSS.0000000000000527.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |