Accueil du site > Nutrition > Suppléments > La L-arginine n’apporte aucun avantage au repos
La L-arginine n’apporte aucun avantage au repos

mercredi 23 novembre 2011

L’acide aminé L-arginine n’apporte aucun avantage sur les athlètes masculins en forme physique. Le supplément fort populaire dans les milieux sportifs, et notamment dans les salles de musculation, est passé sous le microscope et n’a révélé aucune amélioration ni augmentation métabolique ou hormonale chez les athlètes au repos.

La raison de sa popularité est double, premièrement la L-arginine est un précurseur du monoxyde d’azote qui est connu pour améliorer l’afflux sanguin, qui en retour pourrait aider à distribuer les éléments nutritifs les plus importants dans les muscles en plein effort, et assister l’élimination des déchets métaboliques. Deuxièmement, la L-arginine avait montré augmenter les niveaux d’hormone de croissance dans le sang."

Les bénéfices de l’hormone de croissance sont divers, comme l’utilisation de la graisse du corps comme carburant tout comme l’insuline, et les niveaux du facteur de croissance apparenté à l’insuline.

Cependant, la plupart de la recherche réalisée sur la L-arginine a été faite dans des conditions cliniques, et les bénéfices sur des individus physiquement actifs ne sont pas établis. Dans certains cas ils sont même contradictoires.

"L’une des raisons à cela est que la quantité que doit consommer un individu n’a pas été clairement établie, et cette information est rarement donnée par les fabricants de ces produits" explique le chercheur de l’étude.

Pour ce dernier, c’était une théorie qui valait la peine d’être testée, et il voulait tester deux doses différentes de L-arginine sur des hommes en bonne santé et sportifs, le groupe le plus susceptible d’acheter ce supplément prêt à l’emploi.

"La L-arginine est intéressante pour plusieurs raisons. Elle peut augmenter la réponse de l’hormone de croissance, et ainsi augmenter la masse musculaire. Elle a aussi un impact sur l’insuline, qui est une autre hormone anabolique. Il y a eu un débat récent à propos du monoxyde d’azote en tant que vasodilatateur. La théorie étant que si vous pouvez vasodilater vos artères, vous pouvez potentiellement augmenter votre afflux sanguin vers les muscles, et améliorer la distribution des nutriments et l’élimination des produits de déchets."

La L-arginine est souvent prescrite pour les adultes âgés qui ont une maladie cardiovasculaire, un dysfonctionnement endothélial ou de l’hypertension pour ses propriétés de vasodilatation, mais est rarement étudiée chez les populations plus jeunes et plus vigoureuses.

Pour son étude [1], Forbes a recruté 14 hommes actifs et en bonne forme physique (âgés de 25 ans + ou - 5 ans ; pesant environ 78kg + ou - 8,5kg ; mesurant 179cm + ou - 4,7cm), qui ne prenaient pas de compléments alimentaires, pour examiner l’effet d’une prise orale à faible et forte dose de L-arginine sur le taux de L-arginine dans le sang, sur les marqueurs du monoxyde d’azote, sur l’hormone de croissance, sur l’insuline et du facteur de croissance apparenté à l’insuline.

Dans l’étude en double-aveugle, randomisée et contrôlée contre placébo, les participants ont d’abord été présélectionnés et analysés, ils ont complété un enregistrement de leur alimentation sur une journée pour connaitre les hydrates de carbone, les protéines et les graisses qu’ils avalaient, puis ont dû suivre un régime modifié afin de réguler leur consommation de nourriture, d’eau et de calories avant d’être dosés en L-arginine.

"Après une nuit de jeûne de 10 heures, et sans petit-déjeuner, nous leur avons donné différentes doses de L-arginine, soit 0,075g par kilo de masse corporelle pour la plus faible dose, soit 0,15g/kg pour la plus forte, ou bien un placébo" dit Forbes.

Des échantillons de sang ont été prélevés sur des athlètes au repos toutes les demi-heures pendant trois heures après la prise de L-arginine ou le placébo. La raison est que des études précédentes avaient montré que deux heures après sa consommation, la L-arginine tendait à revenir à des niveaux normaux.

Le chercheur a trouvé que chez des jeunes hommes en bonne santé et physiquement actifs, les deux doses différentes élevaient significativement les concentrations de L-arginine dans le sang au repos, les doses faible et forte étaient toutes deux aussi efficaces pour ce faire, mais qu’aucune dose ne favorisait d’augmentation du monoxyde d’azote, ni de l’hormone de croissance, ni de l’insuline.

Ainsi, selon cette étude, il apparait que l’impact de la L-arginine dépend de l’état de santé de celui qui la consomme : plus la personne est athlétique et en bonne santé, et moins elle en tirera un bénéfice quelconque.

L’objectif maintenant est de voir comment la L-arginine impacte les athlètes qui font de la musculation ou de l’endurance, afin de voir l’influence de la L-arginine sur le corps pendant l’exercice. Il s’agira de connaitre les effets du supplément sur deux extrêmes : les sports d’endurance et de force.

Références :

[1] The acute effects of a low and high dose of oral L-arginine supplementation in young, active males at rest. Applied Physiology, Nutrition and Metabolism. 2011, 36(3) : 405-411.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |