Accueil du site > Physiologie > La démarche en pronation n’est pas source de blessures
La démarche en pronation n’est pas source de blessures

vendredi 28 mars 2014

Une nouvelle étude de qualité apporte plus de preuves montrant que les coureurs n’ont pas à s’inquiéter d’une démarche pronatrice normale.

Pendant des années, les fabricants de chaussures, les magazines et de nombreux experts de la course à pieds ont recommandé aux coureurs de chercher à porter des chaussures contrôlant le mouvement. L’idée semblait fort simple : le mouvement des genoux vers l’intérieur juste après le contact avec le sol (i.e. la pronation) serait la cause des blessures, et les chaussures qui contrôlent le mouvement pourraient limiter ce mouvement, et donc les blessures.

Mais les choses ont beaucoup évolué ces quatre ou cinq dernières années. Plusieurs articles ont remis en question l’idée que la démarche en pronation causait des blessures, ainsi que l’idée selon laquelle des pieds en pronation y arriveraient mieux dans des chaussures qui contrôlent le mouvement.

Une nouvelle étude Danoise [1] de qualité avec une base solide de recherche sur les blessures consécutives à la course à pieds [2], a fini par mettre à mort l’idée de la mauvaise pronation et dans la foulée des chaussures qui contrôlent le mouvement.

L’étude en question avait plusieurs éléments solides. Elle a suivi 927 coureurs débutants pendant 12 mois après qu’ils aient commencé à courir, et a eu recours à des kinésithérapeutes compétents pour évaluer leur type de démarche – fortement supinatrice, supinatrice, neutre, pronatrice ou fortement pronatrice. Tous les coureurs ont reçu des montres GPS qui enregistraient leurs entrainements sur un site internet, et toutes les blessures étaient examinées deux fois par des professionnels de la médecine (certaines des blessures n’étaient pas consécutives à la course à pieds). Tous les coureurs portaient les mêmes chaussures neutres : des Adidas Supernova Glide 3.

Les chercheurs ont mesuré leurs résultats de différentes façons, par exemple "le risque relatif de blessures dans les 500 premiers kilomètres" et "la fréquence des blessures par an". Pour la première mesure, ils n’ont pas trouvé de différences entre les coureurs à la démarche fortement supinatrice, supinatrice, pronatrice et fortement pronatrice comparés à une démarche neutre.

Pour la seconde étude, ils ont trouvé les pourcentages de blessures suivants sur un an : démarche fortement supinatrice : 24,5%, démarche supinatrice : 17,9%, démarche neutre : 17,4%, démarche pronatrice : 13,1% et démarche fortement pronatrice : 33,3%. Peu de coureurs débutants avaient une démarche en forte pronation, et l’équipe de recherche reconnait que c’est une des faiblesses de l’étude.

Les auteurs de conclure que "les résultats de cette étude réfutent l’importance de la posture de la démarche comme étant un solide indicateur de blessure chez les coureurs novices, notamment pour la démarche en pronation modérée". En même temps, ajoutent-ils, "il est important de noter cependant que les chaussures qui contrôlent le mouvement pourraient représenter un choix possible pour les pronateurs blessés".

Les chercheurs Danois pensent que les erreurs d’entrainement sont susceptibles d’être une des causes majeures de blessures pendant la course à pieds, et que la meilleure façon d’empêcher les blessures est de faire des choix d’entrainement intelligents. "Les médecins du sport et les entraineurs devraient se focaliser sur la supervision de l’entrainement sur longue distance, sur la durée et sur l’intensité" écrivent-ils, "plutôt que sur des conseils en matière de choix de chaussures reposant sur la posture du pied".

La plupart des experts en biomécanique de la course à pieds pensent désormais que la pronation tombe sous le coup de l’hypothèse du "né pour courir". C’est-à-dire qu’il s’agit d’une manière normale et saine pour le corps de se mouvoir quand nous courrons.

Références :

[1] Br J Sports Med. 2014 Mar ;48(6):440-7. doi : 10.1136/bjsports-2013-092202. Foot pronation is not associated with increased injury risk in novice runners wearing a neutral shoe : a 1-year prospective cohort study. Nielsen RO, Buist I, Parner ET, Nohr EA, Sørensen H, Lind M, Rasmussen S.

[2] DANORUN


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |