Accueil du site > Santé > La dépression hivernale n’est pas aussi fréquente qu’on le pense
La dépression hivernale n’est pas aussi fréquente qu’on le pense

mercredi 28 août 2013

Une récente étude laisse entendre que le fait d’être déprimé quand il fait froid et morne dehors pourrait ne pas être aussi fréquent que ce qu’on croit habituellement.

Dans cette étude, publiée dans le Journal of Affective Disorders [1], des chercheurs ont découvert que ni la période de l’année, ni les conditions météorologiques n’influencent les symptômes dépressifs. Cependant, l’auteur de l’étude, David Kerr de l’Université de l’Oregon, ne nie pas l’existence d’un trouble affectif saisonnier cliniquement diagnostiqué, aussi connu sous le nom de dépression saisonnière ou "blues de l’hiver", mais il montre que les gens pourraient surestimer l’impact que les saisons ont sur la dépression de la population en général.

"Il est clair, d’après des études précédentes, que la dépression saisonnière existe" dit Kerr. "Mais notre recherche indique que ce que nous prenons souvent pour un blues de l’hiver ne touche pas autant les gens que ce que nous pourrions croire". Il ajoute que la majorité des études sur la dépression saisonnière n’ont fait que de demander aux individus de se remémorer leurs sentiments passés dans le temps.

"Les gens sont doués pour se souvenir de certains évènements et de certaines informations" dit-il. "Mais malheureusement, nous ne pouvons probablement pas nous rappeler avec précision de la période des émotions et des symptômes au jour le jour sur des décennies passées dans notre vie. Ces méthodes de recherche posent problème".

Ainsi, Kerr et ses collègues ont tenté une approche différente. Ils ont analysé les données provenant d’un échantillon de 556 participants de l’état de l’Iowa et de 206 personnes de l’Oregon. Les participants ont complété des mesures de leurs symptômes dépressifs sur différentes périodes de plusieurs années. Ces données ont ensuite été comparées aux conditions météorologiques locales, comprenant l’intensité de l’ensoleillement, sur la période dont les participants ont rempli les comptes rendus.

Dans l’une des études, quelques 92% des Américains avaient rapporté des modifications saisonnières de l’humeur et du comportement, et 27% ont rapporté que de tels changements étaient un problème. Pourtant, l’étude suggère que les gens pourraient surestimer l’impact des cieux hivernaux.

"Nous avons trouvé un très petit effet pendant les mois d’hiver, mais il était beaucoup plus modeste que ce à quoi on s’attendrait si la dépression saisonnière était aussi fréquente que ce que pensent les gens" dit le chercheur Jeff Shaman, co-auteur de l’étude. "Nous avons été surpris. Avec un échantillon de presque 800 personnes et des mesures très précises du temps qu’il faisait, nous nous attendions à trouver un effet plus important".

Les scientifiques pensent que le public peut avoir surestimé la puissance du blues de l’hiver pour plusieurs raisons. Celles-ci peuvent comprendre une prise de conscience de la dépression saisonnière, la forte prévalence de la dépression en général et une aversion légitime du temps hivernal.

"Nous pouvons ne pas avoir autant de plaisir, nous pouvons nous sentir enfermés et nous sentir moins actifs pendant l’hiver" dit-il. "Mais ce n’est pas la même chose que de la tristesse, du désespoir et des problèmes d’appétit et de sommeil durables et qui sont des signes réels de dépression clinique".

Selon les chercheurs, les gens qui croient être en dépression saisonnière devraient être aidés. Il dit que des études cliniques ont montré que les thérapies cognitivo-comportementales, les antidépresseurs et la lumière peuvent permettre de soulager à la fois la dépression et le blues de l’hiver.

"Heureusement, il existe des traitements efficaces contre la dépression, qu’elle soit saisonnière ou non" dit-il. "Les thérapies cognitivo-comportementales se démarquent car il a été prouvé qu’elles évitaient la réapparition des symptômes l’année suivante".

Références :

[1] Two Longterm Studies of Seasonal Variation in Depressive Symptoms among Community Participants. Journal of Affective Disorders, 2013. David Kerr, Jeffrey Shaman, Isaac Washburn, Samuel Vuchinich, Tricia Neppl, Deborah Capaldi, Rand Conger.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |