Accueil du site > Nutrition > Suppléments > La fable des suppléments contre le cancer
La fable des suppléments contre le cancer

vendredi 27 avril 2012

Selon un commentaire publié dans le Journal of the National Cancer Institute, les instances médicales et la communauté scientifique devraient travailler de concert pour s’assurer qu’ils fournissent les meilleures recommandations au public en ce qui concerne les compléments alimentaires et le risque de cancer.

Les éléments de preuve provenant des études sur les animaux, des études in vitro et d’observation, ont montré que le fait de prendre des compléments alimentaires pourrait ralentir le risque de cancer. Cependant, le faible nombre d’études randomisées et contrôlées, qui est le standard or des études en médecine scientifique, n’a jamais confirmé cela, et certaines études ont même montré qu’en fait les suppléments pouvaient augmenter le risque de cancer.

Pourtant, l’industrie des compléments alimentaires explose, avec un chiffre d’affaires estimé à 30 milliards de dollars aux États-Unis.

Pour examiner le rôle potentiel des compléments alimentaires et des risques de cancer, le Dr Maria Elena Martinez de l’Université de Californie et ses collègues ont analysé les études d’observation de plusieurs compléments alimentaires, comprenant des antioxydants, l’acide folique, la vitamine D et le calcium.

Plusieurs études d’observation ont conclu que les régimes alimentaires riches en fruits et légumes étaient associées à une réduction des risques de certains cancers, y compris respiratoires et gastro-intestinaux. Plus précisément, en ce qui concerne les suppléments d’antioxydants, les auteurs ont trouvé que : "l’importance du stress oxydatif pour la carcinogenèse n’a pas établi que l’administration d’antioxydants, sous forme de compléments alimentaires, protégera contre la carcinogénèse que le stress oxydatif pourrait induire."

En outre, écrivent-ils, "la supplémentation en antioxydants externes pourrait bien être une lame à double tranchant ; ces composés pourraient, in vivo, servir en tant que pro-oxydants ou interférer avec n’importe quel processus protecteur tel que l’apoptose." En effet, plusieurs études sur des antioxydants, que les chercheurs ont examinées, ont rapporté une augmentation des risques des cancers avec des suppléments. Ils ont analysé les études avec des compléments alimentaires comme l’acide folique, la vitamine D et le calcium entre autres.

Les chercheurs préviennent contre la prise de suppléments contre le cancer, ajoutant que de nombreux comités experts et organisations ont conclu que les compléments alimentaires apportent peu, ou pas du tout, de bénéfices dans la prévention contre le cancer. Ils affirment qu’il faudrait plus d’études randomisées et contrôlées pour vérifier l’effet des compléments alimentaires sur le risque de cancer.

Au lieu de cela, les gens continuent à prendre des suppléments, incités par les fabricants qui font croire aux consommateurs qu’ils sont bons à la santé et, au pire, sans dangers. En outre, ceux qui croient dans les suppléments supposent qu’ils sont bien contrôlés, notent les auteurs.

"Ces croyances mettent en relief le besoin des scientifiques et des gouvernements de faire des efforts visant à encourager le public à prendre des décisions prudentes et justifiées reposant sur des preuves tangibles respectant l’utilisation des compléments alimentaires dans le cadre de la prévention contre le cancer."


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :


Le bicarbonate de soude et la bêta-alanine

Trop d’antioxydants ? Le resvératrol bloque les bénéfices cardiovasculaires de l’exercice

Les applications mobiles pour arrêter de fumer ne sont pas efficaces

commenter cet article


| Bodyscience.fr - Conception : © 2014 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |