Accueil du site > Psychologie > Psychologie Sociale > La façon dont les autres vous perçoivent dépend de la structure de votre (...)
La façon dont les autres vous perçoivent dépend de la structure de votre visage

samedi 20 juin 2015

Une recherche montre que bien que nous percevons des traits de caractère comme la confiance ou la fiabilité à partir des expressions du visage d’un individu, nos perceptions des aptitudes d’autrui, telle que la force, sont influencées par la structure faciale [1].

Les selfies, les portraits, les photos d’identité – toutes ces photos de soi transmettent plus de choses de nos jours que les instantanés de l’époque argentique. Les gens vivant à notre époque digitale postent continuellement des images et des photos d’eux-mêmes sur des sites professionnels, sociaux ou de rencontre comme LinkedIn, Facebook, Twitter ou Meetic. Pour le meilleur ou pour le pire, les spectateurs et internautes tendent alors à faire des jugements instantanés sur la personnalité de chacun ou sur son caractère à partir d’une seule photo. En tant que tel, cela peut s’avérer être une tâche stressante que de sélectionner la photo qui transmette la meilleure impression de soi. Or, pour tous ceux qui cherchent à apparaitre amicaux et dignes de confiance vis-à-vis des autres, une étude souligne l’importance d’afficher un visage heureux.

Une série d’expériences, réalisées par des neuroscientifiques cognitifs de l’Université de New York, renforce la pertinence des expressions du visage dans la perception de caractéristiques comme la fiabilité et la bienveillance. Plus important encore, la recherche a aussi révélé que les perceptions d’aptitudes telles que la force physique ne dépendent pas des expressions faciales, mais plutôt de la structure des os du visage.

La première expérience a montré des photographies de dix personnes différentes qui affichaient cinq expressions faciales différentes chacune. Les sujets de l’étude ont évalué dans quelle mesure chaque personne apparaissait comme étant sympathique, digne de confiance ou forte pour chacune de leur photo. Un autre groupe de sujets a noté chaque visage sur une échelle émotionnelle depuis "très en colère" jusque "très heureux". Trois experts qui n’évaluaient pas les photos, devaient calculer le ratio facial de la largeur sur la hauteur pour chaque visage. Une analyse a révélé que les participants rangeaient en général les individus qui ont une expression heureuse comme étant sympathiques et fiables, mais pas ceux qui avaient des expressions de colère. Étonnamment, les participants n’ont pas évalué les visages comme révélateurs de la force physique à partir de l’expression du visage, mais ils ont classé les visages qui étaient très larges comme étant ceux des individus les plus forts.

Dans une seconde étude, les expressions et structures du visage ont été manipulées par informatique. Les participants ont évalué chaque visage pour les mêmes caractéristiques que dans la première étude, mais en ajoutant une évaluation concernant le caractère chaleureux de la personne. De nouveau, les gens pensaient qu’une expression heureuse, mais pas de colère, indiquait l’amabilité et la fiabilité – et dans ce cas la bienveillance. Les chercheurs ont alors montré à deux autres groupes de participants les mêmes visages, mais cette fois-ci soit avec des expressions obscurcies du visage soit dont la largeur a été réduite. Dans la première variation, pour les visages manquant de signaux émotionnels, les gens ne pouvaient plus percevoir les traits de personnalité mais pouvaient toujours percevoir la force de l’individu à partir de la largeur de son visage. De même, pour ces visages qui manquaient de signaux structurels, les individus ne pouvaient plus percevoir la force mais pouvaient toujours percevoir les traits de personnalité à partir des expressions faciales.

Dans une troisième étude, les participants devaient sélectionner quatre visages sur huit qui différaient dans leur expression et dans leur largeur, et ils devaient indiquer quel individu ils choisiraient pour être leur conseiller financier ou qui pourrait être le gagnant d’une compétition de force athlétique (powerlifting). Comme les chercheurs s’y attendaient, les participants ont sélectionné les visages qui avaient les expressions heureuses comme conseillers financiers, et ils ont choisi les visages plus larges comme appartenant aux champions de force athlétique.

Dans une dernière étude, les chercheurs ont généré plus de 100 variations à partir d’un visage de base, en modifiant certaines caractéristiques faciales. Les participants voyaient deux visages en même temps, et ils en choisissaient un comme étant soit digne de confiance soit ayant certaines aptitudes, ou comme étant digne d’être un bon conseiller financier ou un champion de force athlétique. À partir de ces résultats, un ordinateur a ensuite créé un visage moyen pour chacune de ces quatre catégories, qui ont été présentées à un ensemble séparé de participants qui devaient choisir quel visage semblait indiquer un individu plus fiable ou plus fort. La plupart des participants a trouvé que les moyennes générées par ordinateur étaient de bonnes représentations de la fiabilité ou de la force – et ils ont généralement vu le visage moyen du "conseiller financier" comme plus fiable et le visage de l’athlète de force athlétique comme plus fort. Considérés dans leur ensemble, ces résultats suggèrent que les expressions du visage influencent fortement la perception de traits comme la confiance, l’amabilité ou la chaleur, mais pas les aptitudes (la force dans ces expériences). Inversement, la structure du visage influence la perception de l’aptitude physique mais pas les intentions (comme l’amabilité ou la fiabilité dans cet exemple). En outre, les décisions qui impliquent de deviner les intentions probables d’une personne comme de savoir en qui on peut faire confiance pour gérer son argent sont plus fortement influencées par l’expression faciale, tandis que celles qui reposent sur l’aptitude physique, comme le fait de savoir sur qui parier lors d’un événement sportif, sont plus fortement influencées par la structure du visage.

Des études précédentes [2] avaient aussi montré les effets des signaux du visage sur la façon dont nous percevons et interagissons avec les autres, mais la présente étude révèle comment les perceptions d’une même personne peuvent grandement différer selon l’expression faciale d’un individu à un moment donné. Cette variabilité a des implications à la fois pour les gens qui se présentent eux-mêmes et pour ceux qui les perçoivent lors des interactions sociales, explique l’auteur de l’étude. Ainsi, nous devrions prendre en considération l’impact de nos expressions faciales dans les photos que nous mettons en ligne. En même temps, dans un monde idéal, les gens qui regardent nos photos devraient nous laisser le bénéfice du doute et hésiter à émettre des jugements spontanés à partir d’une seule image.

Cependant, les résultats de cette étude ont un gros défaut : seuls des visages masculins ont été montrés aux sujets. Les chercheurs ont choisi cette approche parce que des études passées, qui ont aussi impliqué les ratios de la largeur sur la hauteur du visage, ont montré qu’une plus grande largeur de visage est souvent associée à des niveaux de testostérone plus élevés [3] comme à une agression plus intense [4] et à plus de force chez les hommes. Les études sur la largeur et la hauteur des visages chez les femmes ont donné des résultats contradictoires [5], ainsi le fait de présenter aux participants un mélange de visages d’hommes et de femmes aurait produit des résultats peu concluants.

En outre, dans cette étude les chercheurs font référence à une "aptitude" quand ils parlent de la force physique. Aucune mesure précise n’a été faite concernant les perceptions des capacités intellectuelles [6] par exemple, ni sur les aptitudes à réussir dans un travail en particulier. Ces aptitudes sont plus abstraites et peuvent ainsi reposer sur une combinaison de différents signaux faciaux dynamiques et statiques, ainsi il aurait été difficile de tester catégoriquement ces relations.

Dans la vie de tous les jours, cette étude et d’autres montrent clairement que bien que nous essayons d’influencer la perception des autres à notre sujet avec des photos qui nous montrent sous notre meilleur jour, le déterminant le plus important de cette perception des autres [7] et de leur attitude en rapport avec cette perception [8] vis-à-vis de nous est notre visage. Ainsi, la prochaine fois que vous voulez gagner la confiance de quelqu’un, essayez de sourire et d’avoir un visage joyeux. Mais pour ceux qui voudraient être choisis pour intégrer une équipe de football, de basketball, etc. ne vous souciez pas de votre expression faciale. Le mieux que vous puissiez faire est d’espérer avoir un visage plus large et laissez votre physique parler pour vous.

Références :

[1] Static and Dynamic Facial Cues Differentially Affect the Consistency of Social Evaluations. Personality and Social Psychology Bulletin. 2015 0146167215591495.

[2] Understanding evaluation of faces on social dimensions. Alexander Todorov, Chris P. Said, Andrew D. Engell, Nikolaas N. Oosterhof.

[3] Telling facial metrics : facial width is associated with testosterone levels in men. Evolution & Human Behavior, Volume 34, Issue 4, pp 273–279.

[4] Facial Structure Is a Reliable Cue of Aggressive Behavior. Justin M. Carre, Cheryl M. McCormick, Catherine J. Mondloch. Psychological Science.

[5] Facing Aggression : Cues Differ for Female versus Male Faces. PLoS One. 2012 ; 7(1) : e30366.

[6] Looking Smart and Looking Good : Facial Cues to Intelligence and Their Origins

[7] Personality at Face Value : Facial Appearance Predicts Self and Other Personality Judgments among Strangers and Spouses. Journal of Nonverbal Behavior (Impact Factor : 1.77). 06/2014 ; 38(2).

[8] Elected in 100 milliseconds : Appearance-Based Trait Inferences and Voting. J Nonverbal Behav (2010) 34:83–110.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2017 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |