Accueil du site > Santé > La graisse dans le foie est un meilleur indicateur de maladie que sur le (...)
La graisse dans le foie est un meilleur indicateur de maladie que sur le ventre

mardi 25 août 2009

Des récentes découvertes [1] de chercheurs en nutrition de la Washington University School of Medicine de St. Louis suggèrent que ce n’est pas la graisse stockée sur le ventre qui affecte les facteurs de risque métabolique pour les diabètes, triglycérides et maladies cardiovasculaires, mais plutôt celle collectée dans le foie.

Avoir trop de graisse dans le foie est connu comme étant la maladie du foie gras non-alcoolique. Les chercheurs ont rapporté, dans le journal PNAS, que quand la graisse est collectée dans le foie, les gens vivent de sérieux problèmes métaboliques comme une résistance à l’insuline, qui affecte la capacité du corps à métaboliser le sucre. Ils ont aussi une augmentation de la production de particules de gras dans le foie, qui sont secrétées dans le sang, et qui augmentent les niveaux de triglycérides.

Pendant des années, les scientifiques ont noté que quand les individus avaient de la graisse corporelle, cela influençait leurs risques métaboliques et cardiovasculaires. Une augmentation de la graisse dans le ventre, connue sous le nom de "graisse viscérale", est associée à une augmentation du risque de diabète et de maladies cardiovasculaires.

"Les données, provenant d’un grand nombre d’études, montrent que la graisse viscérale est associée à un risque métabolique, ce qui a conduit à la croyance que la graisse viscérale pourrait même être la cause de troubles métaboliques" explique le Dr Samuel Klein.

"Cependant, la graisse viscérale suit étroitement la graisse du foie. Nous avons découvert qu’un excès de gras dans le foie, et non pas de gras viscéral, était un marqueur clé du dysfonctionnement métabolique. La graisse viscérale pourrait simplement être un spectateur innocent associé à la graisse dans le foie."

Klein, Professeur de Médecine et de Science Nutritionnelle à Danforth, dirige la Division de Science Gériatrique et Nutritionnelle et le Centre de Recherche Appliquée. Il déclare que la plupart de notre graisse corporelle, aussi appelée graisse sous-cutanée, est localisée sous notre peau, mais qu’environ 10% est présente à l’intérieur du ventre, tandis que de plus petites quantités se trouvent à l’intérieur des organes comme dans le foie ou les muscles.

Cette étude compare les gens obèses ayant des quantités élevées et normales de graisse dans le foie. Tous les sujets étaient classés par âge, sexe, indice de masse corporelle (IMC), pourcentage de graisse corporelle et degré d’obésité. Par des évaluations rigoureuses des gens obèses avec différentes quantités de graisse viscérale ou de graisse dans le foie, l’équipe de Klein a déterminé que l’excès de graisse dans le foie identifiait les individus qui sont à risques de problèmes métaboliques.

"Nous ne savons pas exactement pourquoi certaines graisses, particulièrement les triglycérides, s’accumuleront à l’intérieur du foie et les muscles de certaines personnes et pas chez d’autres" dit Elisa Fabbrini, auteure principale et professeure de médecine. "Mais nos données suggèrent qu’une protéine appelée CD36, qui contrôle le transport des acides gras du sang vers les différents tissus, est impliquée."

Les acides gras sont les éléments de base de la fabrication des graisses, connus comme les triglycérides. Klein, Fabbrini et ses collègues ont trouvé que les niveaux de CD36 sont plus faibles dans les tissus graisseux et plus élevés dans les tissus musculaires chez les gens qui ont des niveaux importants de graisse dans le foie.

Fabbrini et Klein expliquent que les changements dans l’activité de la CD36 pourraient être responsables de la circulation détournée des acides gras des tissus graisseux dans les tissus du foie et des muscles, où ils sont transformés en triglycérides. Une augmentation des acides gras dans les tissus pourrait être responsable de la dysfonction métabolique.

Klein ajoute que ceux qui sont obèses, mais qui n’ont pas de niveaux élevés de gras dans le foie, devraient être encouragés à perdre du poids, mais ceux avec des niveaux élevés de graisse dans le foie sont particulièrement à risque face aux maladies de cœur et les diabètes. Il affirme qu’ils ont besoin d’être traités afin de les aider à perdre du poids parce que des kilos en moins peuvent faire la différence.

"La maladie du foie gras est totalement réversible" dit-il. "Si vous perdez une petite quantité de poids, vous pouvez nettement réduire la graisse contenue dans votre foie. En fait, même deux jours de restriction calorique peuvent causer une large réduction de la graisse dans le foie, et améliorer la sensibilité à l’insuline."

Références :

[1] Fabbrini E, Magkos F, Mohammed S, Pietka T, Abumrad NA, Patterson BW, Okunade A, Klein S. Intrahepatic fat, not visceral fat, is linked with metabolic complications of obesity. PNAS (2009), Aout 24, 2009.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :


Que signifie "métabolisme rapide" ?

Manger lentement réduit la quantité de nourriture avalée


| Bodyscience.fr - Conception : © 2014 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |