Accueil du site > Santé > La longévité des femmes se fait au lit
La longévité des femmes se fait au lit

mardi 16 novembre 2010

Une étude, publiée dans Sleep Medicine [1], et dérivée d’une recherche dirigée par des chercheurs de l’Université de Californie 14 ans plus tôt, suggère que le secret d’une longue vie pourrait venir d’un sommeil suffisant. Moins de cinq heures par nuit n’est probablement pas assez, huit heures sont probablement de trop.

Une équipe de scientifiques, dirigée par Daniel Kripke, professeur de psychiatrie à l’Ecole de Médecine de San Diego, a revu la recherche originale réalisée entre 1995 et 1999. Dans cette première étude, qui faisait partie de l’étude Women’s Health Initiative, Kripke et ses collègues avaient enregistré 459 femmes qui vivaient à San Diego (âgées entre 50 et 81 ans) pour déterminer si leur durée de sommeil pouvait être associée à la mortalité.

Quatorze années plus tard, ils sont retournés voir lesquelles de ces femmes étaient toujours en vie, et bien portantes.

Des 459 participantes à l’origine, 444 ont été localisées et évaluées. 86 femmes étaient décédées. Des études antérieures, basées sur des questionnaires sur les habitudes des gens, avaient établi que le fait de dormir 6,5 à 7,5 heures par nuit était associé à une espérance de vie plus élevée. Kripke et ses collègues, dont la recherche de 1990 avait utilisé des enregistrements de l’activité nocturne des sujets pour obtenir leurs durées de sommeil, ont confirmé ces résultats, mais avec une précision cependant.

"La surprise venait de ce que quand le sommeil était mesuré objectivement, le meilleur taux de survie a été observé chez les femmes qui dormaient de 5 à 6,5 heures par nuit" dit-il. "Les femmes qui dormaient moins de cinq heures ou plus de 6,5 heures étaient moins susceptibles d’être en vie 14 ans plus tard."

Kripke déclare que cette étude pourrait apaiser certaines peurs de personnes qui pensent qu’ils ne dorment pas assez. "Cela signifie que les femmes qui dorment aussi peu que 5 à 6 heures et demies n’ont pas à se faire de soucis étant donné que cette quantité de sommeil est vraisemblablement en phase avec une excellente espérance de vie. Ce qui est le cas pour la durée moyenne de sommeil pour des femmes de San Diego."

Des chercheurs ont découvert d’autres choses tout aussi intéressantes. Par exemple, chez les femmes les plus âgées, l’apnée du sommeil obstructive (les pauses de respiration pendant le sommeil) n’était pas un indicateur du risque de mortalité. "Bien que les apnées puissent être associées à un risque de mortalité accru chez celles et ceux de moins de 60 ans, il ne semble pas porter de risque dans les groupes plus âgés, et tout particulièrement chez les femmes" termine le chercheur.

Références :

[1] Mortality related to actigraphic long and short sleep. Daniel Kripke, Robert Langer, Jeffrey Elliott, Melville Klauber, Katharine Rex, Sleep Medicine


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |