Accueil du site > Nutrition > Suppléments > La phytothérapie est-elle utile et sans risques pour le sportif (...)
La phytothérapie est-elle utile et sans risques pour le sportif ?

samedi 10 janvier 2009

Plus de 1400 produits aux plantes, ou dérivés de plantes, sont commercialisés sous des allégations santé dans le monde (Tyler, 1996) [1]. Les plantes sont considérées comme des compléments alimentaires, et de ce fait ne sont pas soumises à des contrôles très poussés, ce qui fait que les publicités en vantent pour la plupart les bénéfices potentiels ou supposés, sans jamais indiquer les effets secondaires éventuels.

Les plantes sont généralement délivrées et vendues sous le label "naturel", qui, dans l’esprit du consommateur, signifie "sans dangers". De nombreux compléments alimentaires contiennent des composés qu’on ne trouve pas dans l’alimentation normale (par ex. le Ginkgo biloba, l’Aesculus) et 10% seulement des plantes utilisées dans les suppléments alimentaires sont présentes dans notre nourriture (l’ail, le soja, la myrtille, le thé vert, le gingembre, le safran, etc.) (Eisenberg et al., 1993) [2].

Les sportifs s’intéressent de près aux "approches alternatives" dans le sport. Il est attirant pour les athlètes d’avoir recours à des substances "naturelles" qui auraient des effets identiques à leurs équivalents pharmacologiques en terme d’amélioration des performances, non considérées comme du dopage, et sans effets secondaires. De nombreux compléments alimentaires sont vendus tout en étant présentés comme une alternative légale aux produits dopants interdits (Denneey et al., 2005) [3].

Les Ecdysteroïdes

Les ecdysteroïdes sont les hormones stéroïdiennes des arthropodes. On les trouve dans certaines plantes, où elles sont connues comme phytoecdysteroïdes, on pense qu’elles contribuent à repousser les prédateurs invertébrés. Chez les insectes, elles régulent leur mue et leur métamorphose, elles pourraient réguler la reproduction et la diapause. La plupart des actions des ecdysteroïdes sont modifiées par des récepteurs intracellulaires complexes, qui régulent l’expression des gènes dans les tissus, et leur développement, d’une façon spécifique (Lehmann et al 1989) [4].

Plusieurs phytoecdysteroïdes ont des effets anaboliques aidant la croissance chez les souris, les rats, les porcs et les cailles. Les ecdysteroïdes stimulent la croissance musculaire, et cet effet anabolique permet une augmentation de la performance physique sans entraînement. Les ecdysteroïdes sont aussi capables d’augmenter l’ATP des muscles chez les rats dépossédés de vitamine D (Báthori, 2002) [5].

Les ecdysteroïdes stimulent la synthèse des protéines dans le foie, le coeur et les muscles de la souris, et agissent sur le métabolisme des lipides, réduisent l’hyperglycémie et augmentent l’utilisation du glucose par les tissus. Le mécanisme impliqué semble être une augmentation de la sensibilité des tissus à l’insuline (Bathori et Pongracz, 2005) [6].

Les Phyto-oestrogènes

Les phyto-oestrogènes sont les substances biologiquement actives d’une plante avec une structure chimique identique à l’oestradiol. Cette ressemblance structurelle est responsable de leur capacité à se lier aux récepteurs oestrogènes, et a des effets oestrogéniques et anti-oestrogéniques.

Il y a trois classes principales de phyto-oestrogènes : les isoflavones, les coumestans et les lignans. La plupart des phytoo-estrogènes ont une affinité avec les récepteurs des œstrogènes alpha et bêta. Le premier se manifeste dans les ovaires, l’utérus, le cerveau, la vésicule, les testicules, la prostate, les os, le système cardiovasculaire et les poumons. L’expression du second semble avoir lieu dans différents sites dans le cerveau que le récepteur alpha (Setchell et Cassidy, 1999) [7].

L’effet oestrogénique des phyto-oestrogènes est responsable de troubles dans la reproduction chez les moutons, et un régime riche en phytooestrogènes est associé à un risque plus faible de cancer du sein et de la prostate, et de maladies cardiovasculaires (Adlercreutz, 1990) [8].

In vitro, les phyto-oestrogènes ont des effets à la fois prolifiques (oestrogéniques) et anti-prolifiques (anti-oestrogéniques) dans les cultures de cellules humaines (Wang et al., 1996) [9]. Chez les êtres humains, les isoflavones augmentent la longueur de la phase folliculaire.

Certains phyto-oestrogènes alimentaires peuvent avoir des effets oestrogéniques légers chez la femme post-ménopausée, ainsi que des effets sur la cytologie vaginale et des réductions des bouffées de chaleur, une activité semblable à celle des oestrogènes sur les os et le métabolisme des lipides (Cassidy et al., 1994) [10]. Les isoflavones ont montré avoir une activité anti-carcinogénétique, en inhibant l’angiogenèse et la progression des cellules, en inhibant l’enzyme aromatase et en stimulant la synthèse de la globuline se liant aux hormones sexuelles (Messina et al., 2006) [11].

Références :

[1] Tyler, V.E. (1996) What pharmacists should know about herbal remedies. Journal of the American Pharmaceutical Association NNS36, 29-37

[2] Eisenberg, D.M., Kessler, R.C., Foster, C., Norlock, F.E., Calkins, D.R. and Delbanco, T.L. (1993) Unconventional medicine in the United States : prevalence, costs, and patterns of use. The New England Journal of Medicine 3328, 246-252.

[3] Denneey, C.E., Tsourounis, C. and Miller, A.E. (2005) Evaluation of herbal dietary supplements marketed on the internet for recreational use. The Annals of Pharmacotherapy 339, 1634-1639.

[4] Lehman, M. and Koolman, J. (1989) Ecdysteroid receptors of the blowfly Calliphora vicina. Characterization of binding to nonspecific DNA. European Journal of Biochemistry 181, 577-582.

[5] Phytoecdysteroids effects on mammalians, isolation and analysis. Mini Reviews in Medicinal Chemistry 2, 285-293.

[6] Bathori, M. and Pongracz, Z. (2005) Phytoecdysteroids-from isolation to their effects on humans. Current Medicinal Chemistry 112, 153-172.

[7] Setchell, K.D. and Cassidy, A. (1999) Dietary Isoflavones : Biological Effects and Relevance to Human Health. The Journal of Nutrition 129, 758-758.

[8] Adlercreutz, H. (1990) Western diet and western diseases : some hormonal and biochemical mechanisms and associations. Scandinavian Journal of Clinical and Laboratory Investigation 2201, 3-23.

[9] Wang, T.T.Y, Sathyamoorthy, N. and Phang, J.M. (1996) Molecular effects of genistein on estrogen receptor mediated pathways. Carcinogenesis 17, 271-275.

[10] Cassidy, A., Bingham, S. and Setchell, K.D.R. (1994) Biological effects of a diet of soy protein rich in isoflavones on the menstrual cycle of premenopausal women. The American Journal of Clinical Nutrition 660, 333-340.

[11] Messina, M., McCaskill-Stevens, W. and Lampe, J.W. (2006) Addressing the soy and breast cancer relationship : review, commentary, and workshop proceedings. Journal of the National Cancer Institute 98, 275-284.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2017 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |