Accueil du site > Techniques > La pratique ne compte que pour 1 % des différences de performance chez les (...)
La pratique ne compte que pour 1 % des différences de performance chez les athlètes de haut niveau

mercredi 15 juin 2016

Chez les sportifs de haut niveau, la pratique ne compte que pour un petit 1 % dans la différence de leurs performances, et le fait de commencer la pratique d’un sport très tôt ne fait pas nécessairement de meilleurs athlètes. "Alors que l’entrainement est nécessaire pour qu’un athlète atteigne un niveau élevé de compétition, arrivé à un certain point, la quantité de pratique et d’entrainement arrête de faire la différence entre les premiers et les suivants," explique l’auteur de l’étude, Brooke Macnamara.

"La performance humaine est incroyablement complexe," dit-elle. "Il faut prendre en compte de multiples facteurs dont un seul est la pratique." L’étude, publiée dans Perspectives on Psychological Science [1], a analysé 52 ensembles de données sur les relations entre la pratique et la performance. Cette étude suggère que les parents, sportifs ou entraineurs devraient prendre en compte le poids de l’importance du temps d’entrainement et de l’investissement.

Globalement, la pratique explique environ 18 % de ce qui fait que certains athlètes y arrivent mieux ou moins bien que d’autres – avec 82 % de cette différence qui est attribuée à des facteurs autres que la pratique. Ces résultats vont à l’encontre de la notion selon laquelle n’importe qui peut devenir un expert ou un sportif de haut niveau avec 10 000 heures de pratique, une théorie qui avait été inspirée par une recherche du Professeur Anders Ericsson de l’Université de Floride au début des années 1990 et qui a été largement popularisée depuis.

"Le concept des 10 000 heures faisait plaisir à tous ceux qui idéalisaient le travail dur et la persévérance comme conduisant naturellement à l’excellence," explique la chercheuse. "Mais cela ne prend pas en compte les différences inhérentes qui existent entre les gens et à travers tous les sports."

Commencer tôt apporte peu ou pas d’avantage

Alors que certaines recherches avaient suggéré que le fait de commencer au plus jeune âge donnait plus de temps à l’athlète pour se perfectionner, afin qu’il atteigne un niveau élevé de performance, les résultats de cette étude apportent des preuves qui entrent en contradiction avec cette affirmation. Les meilleurs athlètes ont commencé presque tous au même âge que les moins bons athlètes – ou ont même commencé un peu plus tard – selon cette recherche. En fait, les sportifs pourraient tirer un plus grand bénéfice de ce temps d’attente avant de se spécialiser dans un sport donné : un athlète plus mature peut accomplir plus facilement les fondamentaux d’une activité, avec un risque plus faible de blessure ou de surentrainement.

"Les personnes et les parents qui ont adopté la règle des 10 000 heures peuvent se spécialiser plus rapidement dans un sport, ce qui peut conduire à un état de burn out physique ou mental avant qu’il devienne clair que l’enfant a un penchant pour ce sport en particulier," explique Macnamara.

Les autres facteurs que la pratique qui peuvent influencer la performance athlétique comprennent les attributs génétiques, comme des muscles qui se contractent rapidement ou un niveau maximal d’oxygénation du sang ; des caractéristiques ou des comportements cognitifs et psychologiques comme la confiance, l’anxiété, l’intelligence et la capacité de la mémoire de travail, qui jouent aussi tous un rôle, bien que les chercheurs ne connaissent pas encore l’importance de chacun d’entre eux.

"Comme nous cherchons et regardons de multiples facteurs, je ne pense pas que nous serons un jour capables, avec une certitude à 100 %, de prédire la performance de quelqu’un dans une activité donnée, et non seulement dans le sport," dit Macnamara. "Mais nous pouvons faire mieux que ce que nous faisons actuellement."

Références :

[1] The Relationship Between Deliberate Practice and Performance in Sports : A Meta-Analysis . Brooke N. Macnamara, David Moreau, David Z. Hambrick, Perspectives on Psychological Science, 2016 ; vol. 11, 3 : pp. 333-350.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |