Accueil du site > Santé > La résistance aux antibiotiques ne date pas d’aujourd’hui
La résistance aux antibiotiques ne date pas d’aujourd’hui

lundi 5 septembre 2011

Des scientifiques ont été surpris de constater la vitesse à laquelle les bactéries développent leur résistance aux antibiotiques sur une période de moins d’un siècle. Mais des chercheurs de l’Université McMaster ont découvert que cette résistance existe depuis environ au moins 30000 ans !

Les résultats de leur étude, publiés dans le journal Nature [1], montre que la résistance aux antibiotiques est un phénomène naturel qui est bien antérieur à l’utilisation moderne des antibiotiques cliniques.

"La résistance aux antibiotiques est considérée comme un problème actuel, et le fait que les antibiotiques deviennent de moins en moins efficaces à cause de cette résistance qui se répand dans les hôpitaux est un fait connu" explique Gerry Wright, chercheur. "La grande question est : d’où vient toute cette résistance ?"

Après avoir étudié pendant des années l’ADN des bactéries extraites du sol gelé du permafrost datant de 30000 ans dans les territoires du Yukon, les chercheurs étaient en mesure de développer des méthodes pour isoler l’ADN dans le Centre McMaster. En utilisant des techniques biologiques moléculaires, des méthodes ont été développées pour extraire des petites parties de l’ancien ADN.

Les chercheurs ont découvert que des gènes résistants aux antibiotiques existaient à côté des gènes qui encodaient l’ADN de la vie ancienne, comme chez les mammouths, les chevaux et les bisons, tout comme dans des plantes découvertes dans cette localité pendant la dernière période interglaciaire de l’ère du Pléistocène, il y a au moins 30000 ans environ. Ils se sont focalisés sur une région spécifique de la résistance aux antibiotiques du médicament vancomycine, un problème clinique qui est apparu dans les années 1980, et qui continue d’être associé à des éruptions d’infections dans des hôpitaux dans le monde.

"Nous avons identifié que ces gènes étaient présents dans des profondeurs du permafrost logiques avec l’âge des autres ADN, comme le mammouth. Brian Golding a montré que ceux-ci n’étaient pas contemporains, mais formaient une partie du même arbre généalogique. Nous avons alors recréé la production du gène en laboratoire, purifié sa protéine et montré qu’il avait la même activité et structure que maintenant."

Wright déclare que cette découverte aura un impact important sur la compréhension de la résistance aux antibiotiques : "les antibiotiques font partie de l’écologie naturelle de la planète. Ainsi, quand nous pensons que nous avons développé certains médicaments qui ne seront pas susceptibles de résistance, ou quelque chose de nouveau à utiliser en médecine, nous nous mettons le doigt dans l’œil. Ces choses sont une partie de notre monde naturel et de ce fait nous avons besoin d’être incroyablement prudents dans la façon dont nous les utilisons. Les micro-organismes ont trouvé un moyen de circuler bien avant que nous comprenions comment les utiliser."

Poinar déclare que cette découverte ouvre les portes d’une recherche sur la résistance antique aux antibiotiques. "Nous pouvons remonter un million d’années en arrière dans le permafrost, ce qui sera notre prochaine étape."

Références :

[1] Antibiotic resistance is ancient. Nature, 2011.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |