Accueil du site > Santé > La sédentarité devant la télé peut raccourcir la vie
La sédentarité devant la télé peut raccourcir la vie

mardi 26 janvier 2010

Attention aux drogués de la télévision : selon une recherche publiée dans Circulation [1], le journal de l’Association Américaine du Cœur, chaque heure de télévision par jour pourrait augmenter le risque de décéder plus précocement de maladie cardiovasculaire.

Des chercheurs australiens ont suivi les habitudes de vie de 8800 adultes et ont découvert que chaque heure passée devant sa télévision quotidiennement était associée à :

- Une augmentation de 11% des décès toutes causes,

- Une augmentation de 9% des décès par cancer et

- Une augmentation de 18% des risques de maladie cardiovasculaire associée au décès.

Comparés aux gens qui regardent la télévision moins de deux heures par jour, ceux qui la regardent plus de quatre heures quotidiennement ont un risque 46% plus élevé de décéder de toute cause, et un risque accru de 80% de décéder d’une maladie cardiovasculaire. Cette association existe quelque-soient les autres facteurs indépendants et fréquents de risques de maladie de cœur comme le tabagisme, la tension, le cholestérol, le régime alimentaire, le tour de la taille et les exercices pendant le temps libre.

Alors que l’étude s’est concentrée spécifiquement sur l’action de regarder la télévision, les résultats suggèrent que tout comportement sédentaire prolongé, comme rester assis à un bureau ou devant un ordinateur, pourrait poser des risques pour la santé. Le corps humain est fait pour bouger, et non pas pour rester assis de longues périodes de temps, explique le Dr David Dunstan, auteur principal de l’étude, professeur et Directeur du laboratoire d’Activité Physique de la Division du Métabolisme et de l’Obésité de l’Institut Baker du Diabète et du Cœur à Victoria en Australie.

"Ce qui se passe c’est que beaucoup des activités normales de la vie courante, qui impliquent de se lever et de bouger les muscles du corps, ont été converties en positions assises" dit Dunstan. "Les changements technologiques, sociaux et économiques signifient que les gens ne bougent plus leurs muscles comme ils le faisaient auparavant ; ainsi les niveaux de dépense énergétique continuent de baisser. Pour de nombreuses personnes, sur une base quotidienne, ils ne font que passer d’une chaise à une autre, de la voiture au bureau, jusqu’à la télévision."

Dunstan déclare que les résultats s’appliquent non seulement aux individus qui sont en surpoids et obèses, mais aussi à ceux qui ont un poids de forme. "Même si quelqu’un a un poids normal, rester assis pendant de longues périodes a aussi une influence néfaste sur ses taux de sucre et de graisse dans le sang" dit-il.

Bien que l’étude ait été dirigée en Australie, Dunstan dit que les résultats sont certainement applicables aux Américains. Le temps moyen devant la télévision est approximativement de trois heures en Australie et au Royaume-Uni, et de plus de huit heures au Etats-Unis, ou les deux tiers des adultes sont soit en surpoids, soit obèses.

Les bénéfices du sport ont été établis depuis longtemps, mais les chercheurs voulaient savoir ce qui se passait quand les gens restaient trop longtemps assis. Regarder la télévision est l’activité sédentaire la plus fréquente à la maison.

Les chercheurs ont interrogé plus de 3846 hommes et 4954 femmes âgés entre 25 ans et plus, qui ont passé des tests de tolérance au glucose, et ont fournit des échantillons de sang aux chercheurs pour qu’ils puissent mesurer des bio-marqueurs tels que le cholestérol et les niveaux de sucre dans le sang. Les participants ont été enrôlés en 1999 et suivis jusqu’en 2006. Ils ont rapporté leurs habitudes de consommation télévisuelle des sept jours précédents, et ont été rassemblés dans l’une des trois catégories : ceux qui regardaient la télé moins de deux heures par jour, ceux qui la regardaient entre deux et quatre heures, et ceux qui la regardaient plus de quatre heures.

Les individus avec un passé de maladie cardiovasculaire ont été exclus de l’étude. Pendant les six années de l’étude, il y eut 284 décès, 87 dus à des maladies cardiovasculaires et 125 à cause de cancers.

L’association entre les cancers et la télévision n’a été perçue que comme modeste, rapportent les chercheurs. Cependant, il y avait une association directe entre la quantité de télévision regardée et le niveau élevé de décès par maladies cardiovasculaires, tout comme les décès toutes causes, même après avoir rendu compte des facteurs de risque et autres facteurs de styles de vie pour les maladies cardiovasculaires typiques.

Les implications sont simples, dit Dunstan. "En plus de faire régulièrement du sport, il faut éviter de rester assis pendant de longues périodes et garder à l’esprit de ’bouger plus et plus souvent’. Rester trop assis est mauvais pour votre santé."

Références :

[1] Television Viewing Time and Mortality : The Australian Diabetes, Obesity and Lifestyle Study (AusDiab). Circulation, Jan 2010 ; 121 : 384 - 391.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |