Accueil du site > Santé > Le bronzage sans risque n’existe pas
Le bronzage sans risque n’existe pas

samedi 28 juillet 2012

Une recherche a été publiée sur le mélanome de la peau montrant un rôle nouveau des UV et de la mélanine en utilisant un modèle animal. L’étude, dirigée par des chercheurs de l’École de Médecine et des Sciences de la Santé, a été publiée dans le journal Nature Communications [1].

C’est la première fois que la formation de mélanine causée par l’exposition à des UV (c’est-à-dire du bronzage), dont on pensait habituellement qu’elle protégeait la peau contre les cancers, a montré être directement impliquée dans la formation de mélanomes chez les mammifères, explique De Fabo, l’un des chercheurs.

"Le mélanome de la peau est le cancer de la peau le plus létal. Notre étude a montré que nous étions en mesure de découvrir ce nouveau rôle de la mélanine en séparant proprement les UVA des UVB, et en exposant notre modèle animal expérimental à ces rayonnements précis en ayant recours à notre système de lumière UV conçu et installé à l’Université. Les dermatologues ont déjà été alertés depuis des années qu’il n’existait pas de bronzage sain et sans risques pour la peau, et ces nouvelles données le confirme."

La recherche a utilisé un modèle de mammifère pour étudier la formation de mélanome en réaction à l’exposition de doses biologiquement fréquentes dans certains spectres précis du rayonnement électromagnétique ultraviolet (UV). Ils ont montré que l’apparition des mélanomes par les ultraviolets A (UVA de 320 nm) exigeait la présence de pigment de mélanine, et était associée à des dommages oxydatifs sur l’ADN à l’intérieur des mélanocytes.

En comparaison, le rayonnement ultraviolet B (UVB de 280 nm) a provoqué l’apparition de mélanomes indépendamment du pigment, en association directe avec les dommages sur l’ADN par l’ultraviolet B. Les chercheurs ont identifié deux fréquences d’ultraviolet provoquant des mélanomes, et l’étude a rendu compte d’un rôle inattendu et important de la mélanine à l’intérieur des mélanocytes dans la genèse du mélanome.

"Notre découverte est nouvelle en ce que l’induction de la mélanine par les UV, en tant qu’agent cause de mélanomes, fonctionne quand la peau n’est exposée qu’aux rayonnements UVA et pas aux UVB. Ceci est particulièrement important étant donné que la formation de mélanome a été corrélée à l’utilisation de solariums (lampes à bronzer) comme plusieurs études épidémiologiques l’ont montré."

"L’une des possibles raisons à cela est que les lampes à bronzer peuvent émettre des rayonnements UVA jusqu’à 12 fois, voire plus, de l’intensité UVA de la lumière du soleil à son apogée dans le ciel. La mélanine plus les UVA est connue pour causer la photo-oxydation, mécanisme suspecté, mais encore à démontrer, de la formation des mélanomes comme nous l’avons décrit dans notre étude" conclut De Fabo.

Références :

[1] Melanoma induction by ultraviolet A but not ultraviolet B radiation requires melanin pigment. Nature Communications.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2017 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |