Accueil du site > Physiologie > Le cerveau peut-il forcer le corps à brûler plus de graisse ?
Le cerveau peut-il forcer le corps à brûler plus de graisse ?

samedi 17 janvier 2015

En découvrant l’action de deux hormones naturellement produites, des scientifiques pourraient bien avoir découvert un moyen d’assister et de favoriser l’évacuation de l’excès de graisse du corps.

Leurs résultats, publiés dans le journal Cell [1], apportent un éclairage nouveau sur la façon dont notre cerveau régule la graisse dans le corps, et ils pourraient conduire à mettre en œuvre des moyens plus efficaces pour perdre du poids en favorisant la conversion de la graisse blanche en graisse brune.

Des chercheurs de l’Université Monash ont mis à jour un mécanisme moléculaire qui dépend de l’action combinée de deux hormones : la leptine, qui est un suppresseur de l’appétit produit dans les cellules de graisse, et l’insuline qui est fabriquée par le pancréas en réaction à l’élévation des niveaux de glucose dans le sang. Leur recherche a montré que les deux hormones agissaient de concert sur un groupe de neurones dans le cerveau pour stimuler la consommation de la graisse du corps via le système nerveux.

L’auteur principal de l’étude, le Professeur Tony Tiganis, déclare que le fait d’avoir découvert l’action combinée de ces deux hormones pourrait permettre d’aider à évacuer l’excédent de graisse.

"Ces hormones donnent au cerveau une image complète du taux de gras dans le corps. Comme la leptine est produite par les cellules de graisse, elle mesure le niveau existant des réserves de graisse - plus il y a de graisse et plus il y a de leptine. Tandis que l’insuline fournit une mesure des futures réserves de graisse parce que les niveaux de glucose s’élèvent quand nous mangeons," explique le Professeur Tiganis.

La graisse chez les adultes est typiquement stockée dans les adipocytes, ces cellules spécialisées qui comprennent la graisse blanche. Mais autour du cou et des épaules, il y a une seconde forme de graisse faite d’adipocytes bruns. Plutôt que de stocker la graisse, ces cellules peuvent être stimulées pour la brûler. L’équipe de recherche a découvert que la leptine et l’insuline interagissaient avec la pro-opiomélanocortine (POMC) des neurones dans l’hypothalamus du cerveau, ce qui leur faisait envoyer des signaux à travers le système nerveux en favorisant la conversion de la graisse blanche en graisse brune. Ceci conduit à brûler et à éliminer l’excédent de graisse.

Dans des travaux en laboratoire, les chercheurs ont été en mesure de montrer que le processus est régulé dans ces neurones par des enzymes connues comme étant des phosphatases, qui inhibent les actions de chacune des hormones. Quand les niveaux des inhibiteurs étaient réduits, le "brunissement" et la graisse augmentait et elle était davantage utilisée.

Le Professeur Tiganis ajoute que ce processus fondamental sert normalement à maintenir le poids du corps, mais que dans le cadre d’une obésité causée par une suralimentation ce mécanisme est détraqué.

"En fin de compte, nous pensons être en mesure d’aider les gens à maigrir en ciblant ces deux enzymes. Le fait de transformer la graisse en graisse brune est une nouvelle approche très excitante pour développer des agents amaigrissants. Mais ce ne sera pas une tâche facile, et il faudra beaucoup de temps avant qu’une thérapie potentielle puisse voir le jour," dit-il.

Références :

[1] Leptin and insulin act on POMC neurons to promote the browning of white fat. G. Dodd et al., Cell.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |