Accueil du site > Physiologie > Le côté négatif de la perte de poids
Le côté négatif de la perte de poids

mercredi 8 septembre 2010

Selon une étude publiée dans le journal Nature, perdre du poids pourrait avoir un effet secondaire inattendu : cela pourrait envoyer un flux de polluants environnementaux dans le flux sanguin.

La graisse corporelle stocke certains polluants, comme des pesticides tels que le DDT et les biphényles polychlorés. Si une personne perd du poids et que des quantités de graisse significatives sont brisées, ces composés chimiques, connus comme étant des polluants organiques persistants, sont libérés et peuvent provoquer des maladies, expliquent des chercheurs de l’Université Kyungpook de Daegu en Corée du Sud.

"Le dogme solide sur le changement de poids est que la perte de poids est toujours une bonne chose, tandis que la prise de poids est toujours mauvaise", mais cela pourrait ne pas toujours être vrai, dit le Dr. Duk-Hee Lee, professeur à l’Université.

L’hypertension, les diabètes de type 2, les maladies cardiovasculaires et l’arthrite rhumatoïde ont été associés à ces polluants organiques persistants, dit Lee.

Les chercheurs ont analysé les données collectées par les Centre pour le Contrôle et la Prévention des Maladies US entre 1999 et 2002. Ils ont sélectionné sept polluants qui avaient le taux de détection le plus élevé dans les échantillons de sang, et se sont concentrés sur 1099 personnes, âgées de 40 ans et plus, qui avaient des niveaux mesurables de ces polluants dans leur sang, et qui avaient aussi perdu ou pris du poids.

Ils ont découvert que ceux qui avaient perdu du poids avaient les concentrations les plus élevées de la plupart des polluants qu’ils ont mesurés, alors que ceux qui avaient pris du poids avaient réduit leurs concentrations de polluants. Les chercheurs ajoutent que la tendance était même plus significative chez les gens qui ont rapporté avoir pris ou perdu du poids sur une période de 10 ans.

"Beaucoup d’études ont montré que perdre du poids est utile, parce que cela réduit les niveaux de sucre et de graisse dans le sang, tout comme la tension" dit Lee. Cependant, il pourrait y avoir d’autres aspects de la santé que la perte de poids peut influencer négativement, faisant remarquer qu’une étude précédente avait déjà associé la perte de poids à une calcification des artères coronaires.

Bien que plusieurs des dangereux éléments chimiques examinés dans l’étude aient été bannis par les pays développés depuis plusieurs décennies, ils se retrouvent encore dans l’environnement et chez les individus parce qu’ils mettent longtemps à disparaitre, dit Lee.

Les effets nets de la perte de poids devraient être considérés comme un mélange des bénéfices issus de la réduction des tissus graisseux, et des effets nocifs dus à l’augmentation de la concentration des polluants dans le sang, ajoute-t-elle.

Etant donné que l’étude reposait sur une information auto-rapportée à propos des modifications du poids, les gens qui se sont rappelés de façon imprécise leur modification de poids pourraient avoir déformé les résultats, notent les chercheurs.

Ces derniers recommandent de faire de l’exercice, et de suivre un régime à base de légumes pour permettre de débarrasser le corps de ces polluants pendant la perte de poids. Bien entendu, le meilleur moyen serait de ne pas prendre de poids au début, car cela éliminerait tous les couts payés par les personnes obèses qui désirent retrouver un poids normal.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |