Accueil du site > Dopage > Le côté scientifique de l’utilisation et de l’abus de stéroïdes
Le côté scientifique de l’utilisation et de l’abus de stéroïdes

mercredi 8 août 2012

Leslie Henderson s’inquiète de l’abus de stéroïdes [1], non pas obligatoirement par des athlètes de premier plan, mais plutôt par des adolescents.

"Il y a une déconnexion flagrante chez les jeunes qui pensent que les émotions, les processus de la pensée – des choses qui ont un rapport avec le cerveau – sont séparés et différents de ce que les stéroïdes pourraient produire sur votre corps, vos muscles, votre cœur et votre foie ou tout autre chose du même acabit" explique Henderson, qui est professeur de physiologie, de neurobiologie et de biochimie.

Elle rapporte que les sites internet qui ciblent les utilisateurs de stéroïdes reconnaissent souvent que les stéroïdes peuvent affecter le corps, raison pour laquelle ils sont pris, ou qu’ils peuvent rendre agressif ceux qui en utilisent. Cependant, ils ne disent rien sur la façon dont les stéroïdes modifient le fonctionnement du cerveau. "Les adolescents doivent savoir que ces médicaments produisent réellement des choses sur le cerveau, et que leur comportement vient du cerveau" explique-t-elle.

Les médicaments objets d’inquiétude sont les stéroïdes anabolisants androgènes (SAA), qui sont des dérivés synthétiques de la testostérone, originellement prévus pour augmenter la puissance anabolique (constructrice de tissus) avec des effets androgènes (masculinisant) négligeables, selon Henderson et ses collègues.

"Bien qu’originellement développés dans le cadre d’une utilisation clinique, l’administration de SAA est maintenant surtout objet d’abus, et les bénéfices médicaux de faibles doses de SAA sont en net contraste avec les risques potentiels pour la santé associés aux doses excessives auto-administrées par les athlètes sportifs" écrivent-elles.

En plus du danger implicite des dosages trop forts, il y a tout un ensemble de différences incontrôlées dans la composition des produits de synthèses illicites. "À cause de leurs modifications chimiques, ils peuvent aussi directement interagir avec les récepteurs neurotransmetteurs dans le cerveau pour modifier la façon dont ils fonctionnent" dit Henderson. Ces modifications se reflètent dans des manifestations d’anxiété, comme les expériences de la chercheuse l’ont montré.

Cependant, l’on porte peu d’intérêt à ces dangers potentiels et futurs lorsque l’objectif principal est d’atteindre un avantage compétitif dans sa poursuite athlétique.

Des études ont montré qu’il y a des "périodes critiques" – périodes de temps pendant l’adolescence où l’exposition aux stéroïdes peut imposer des modifications permanentes à l’organisation du cerveau et à son fonctionnement, conduisant à des effets physiologiques et psychiatriques qui pourraient toujours être présents à l’âge adulte.

L’âge auquel vous prenez les stéroïdes affecte aussi leur persistance dans le temps. À partir d’études sur des rongeurs, il a été montré que "si vous prenez des stéroïdes pendant l’adolescence, ses effets perdurent beaucoup plus longtemps en termes d’effets secondaires négatifs sur le comportement, et plus spécialement sur l’agressivité, que si vous les prenez à l’âge adulte", commente Henderson.

Dans ses travaux en laboratoire, elle a analysé les trois principaux systèmes de comportement typiquement associés à l’abus de stéroïdes : la reproduction, l’agressivité chez les mâles et l’anxiété chez les deux sexes.

"Nous avons fait beaucoup de travaux analysant le contrôle neutre de la reproduction et les aires du cerveau qui étaient affectées par l’abus chronique de stéroïdes, tout comme les centres de transfert dans le cerveau qui étaient vivement affectés par l’exposition à ces stéroïdes" dit-elle. "Plus récemment, nous avons aussi analysé les effets de ces stéroïdes sur l’anxiété, élucidant en même temps une voie biochimique qui en fait partie."

Références :

[1] Oberlander JG, Henderson LP. The Sturm und Drang of anabolic steroid use : angst, anxiety, and aggression. Trends Neurosci. 2012 Jun ;35(6):382-92.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2018 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |