Accueil du site > Psychologie > Le frisson est contagieux
Le frisson est contagieux

jeudi 15 janvier 2015

Une recherche de l’Université du Sussex au Royaume-Uni a montré que le simple fait de regarder quelqu’un qui frissonne suffit à créer une sensation de froid. Des volontaires qui ont regardé des vidéos de gens qui mettaient leurs mains dans de l’eau glacée ont trouvé que la température de leur propre corps chutait significativement.

Cette recherche montre que les êtres humains sont susceptibles d’être victimes de ce que les chercheurs nomment une "contagion de la température". Le Dr Neil Harrison, neuropsychiatre et auteur de l’étude, suggère que de tels changements physiologiques inconscients pourraient nous aider à être empathiques vis-à-vis des autres et donc à vivre en communauté.

Il déclare : "on pense que le fait d’imiter une autre personne nous permet de créer un modèle interne de son état physiologique, que nous pouvons utiliser pour mieux comprendre ses motivations, ce qu’il ressent et comment il se sent."

"Les êtres humains sont des créatures profondément sociales et la plupart des réussites humaines viennent de notre capacité à travailler ensemble dans des communautés complexes – ce qui serait difficile à faire si nous n’étions pas capables de rapidement faire preuve d’empathie ni de prédire les pensées, les sentiments et les motivations des autres."

Pour cette recherche, qui a été publiée dans le journal PLOS ONE [1], 36 participants ont chacun visionné huit vidéos d’acteurs qui mettaient leurs mains dans de l’eau soit visiblement chaude ou manifestement glacée. En même temps, la température de leurs propres mains a été mesurée. Or, leurs mains étaient significativement plus froides quand ils regardaient les vidéos avec l’eau froide. Pourtant, les vidéos avec l’eau chaude n’ont pas provoqué de changement.

Le Dr Harrison explique : "nous pensons que cela vient probablement de ce que les vidéos chaudes étaient moins fortes – les seuls signaux montrant que l’eau était chaude était la vapeur au début de la vidéo et la couleur rose des mains des acteurs (tandis que les blocs de glace étaient clairement visibles durant toute la durée de la vidéo avec l’eau froide).

"Il y a quelques éléments de preuves qui montrent que les gens pourraient être plus sensibles aux autres qui apparaissent avoir froid que quand ils sont dans la chaleur", concluent-ils.

Références :

[1] You Turn Me Cold : Evidence for Temperature Contagion. Ella Cooper, John Garlick, Eric Featherstone, Valerie Voon, Tania Singer, Hugo D. Critchley, Neil A. Harrison. PLoS ONE, 2014 ; 9 (12) : e116126.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2018 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |