Accueil du site > Nutrition > Le fructose a-t-il été injustement blâmé ?
Le fructose a-t-il été injustement blâmé ?

samedi 25 février 2012

Le fructose a-t-il été injustement blâmé pour l’épidémie d’obésité, ou buvons-nous et mangeons-nous seulement trop de calories ?

Des chercheurs de l’Hôpital St. Michael ont passé en revue plus de 40 études publiées pour savoir si la molécule de fructose en soi causait cette prise de poids.

Dans les 31 études "isocaloriques" (qui avaient des valeurs similaires en calories) qu’ils ont analysées, les participants mangeaient un nombre identique de calories, mais un groupe a avalé du fructose pur et l’autre des hydrates de carbone non fructose. Le groupe au fructose n’a pas pris de poids.

Dans les 10 études "hypercaloriques", un groupe consommait son régime alimentaire normal, et l’autre ajoutait des calories en excès sous la forme de fructose pur à son régime alimentaire habituel ou contrôlé. Ceux qui ont consommé les calories supplémentaires sous forme de fructose ont pris du poids.

Cependant, tout que cela signifie c’est qu’une calorie ressemble simplement à une autre calorie, et que quand nous consommons trop de calories nous prenons du poids, explique l’auteur le Dr. John Sievenpiper, dont la recherche a été publiée dans les Annals of Internal Medicine [1].

"Le fructose pourrait ne pas être à blâmer pour l’obésité" dit-il. "Il se pourrait que ce soit seulement les calories provenant de toute source de nourriture. La suralimentation est le principal problème."

Le fructose se retrouve naturellement dans les fruits, les légumes et le miel. Les participants des études analysées par le Dr. Sievenpiper ont mangé du fructose sous la forme de fructose cristallisé, qui était soit mélangé dans la nourriture soit saupoudré sur des céréales ou des boissons.

Les études n’ont pas étudié le sirop de maïs à haute teneur en fructose, qui a été mis à l’index comme étant une cause principale de prise de poids. Il est cependant constitué de 55% de fructose seulement, mélangé à de l’eau et à du glucose.

Le Dr. Sievenpiper déclare que la majorité des études qu’ils ont examinées étaient petites, de courte durée et de qualité médiocre, ainsi y a-t-il un besoin important de réaliser des études plus grandes, plus longues et de meilleure qualité.

Références :

[1] Effect of Fructose on Body Weight in Controlled Feeding Trials : A Systematic Review and Meta-analysis. Ann Intern Med, Fev. 21, 2012 156:291-304.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |