Accueil du site > Psychologie > Le meilleur partenaire d’entrainement est celui qui sait se taire
Le meilleur partenaire d’entrainement est celui qui sait se taire

mercredi 8 mai 2013

Selon une étude de l’Université du Kansas, le meilleur partenaire d’entraînement pourrait en fin de compte être celui qui comprend que le silence est d’or.

L’auteur de l’étude, Brandon Irwin, a découvert que les individus tendaient à s’entrainer plus longtemps quand leur partenaire était perçu comme étant meilleur et plus entrainé, et qu’il était de ceux qui donnaient le moins d’encouragements verbaux.

Irwin a travaillé avec d’autres chercheurs sur l’étude [1] dont l’objectif était de déterminer comment augmenter la motivation durant une activité physique.

"Les gens aiment faire du sport avec d’autres personnes" dit Irwin. "Dans les groupes de sport, les gens tendent à s’encourager les uns les autres, disant des choses comme ’Allez, tu peux le faire !’. Nous voulions savoir quel effet ce genre d’encouragements avait sur la motivation".

Dans une étude séparée, le chercheur a découvert que le partenaire sportif idéal est 40% meilleur que l’autre, en motivant le partenaire moins entrainé à faire de l’exercice pendant une période de temps plus longue et à un niveau plus poussé. Dans cette étude, on a demandé à 115 participants de faire de la planche à abdominaux jusqu’à ce qu’ils n’en puissent plus.

Ensuite, les chercheurs ont dit à un groupe de participants qu’ils feront du sport avec un partenaire qui était légèrement meilleur qu’eux, bien que le partenaire consistait en une vidéo enregistrée en boucle. Un troisième groupe devait faire de l’exercice avec un partenaire, enregistré lui aussi, mais cette fois-ci le partenaire les encourageait verbalement.

"Initialement, il était logique que les encouragements seraient motivants" dit Irwin. "Cependant, nous avons trouvé que c’est pratiquement le contraire qui est vrai. Quand ils ont fait du sport avec quelqu’un qui est légèrement meilleur qu’eux et qui ne les encourageait pas verbalement, alors les participants ont fait de l’exercice plus longtemps que dans des conditions identiques mais où cette personne ne les encourageait pas verbalement. Nous ne nous attendions pas à cela."

Irwin déclare que la meilleure hypothèse des chercheurs expliquant pourquoi cela est arrivé est que ceux qui ont reçu des encouragements d’un partenaire qu’ils percevaient comme meilleur qu’eux pourraient avoir interprété les commentaires comme condescendants.

"Si deux individus font du sport ensemble et que l’un d’eux est toujours en train de répéter ’tu peux le faire’ à l’autre, cela pourrait être pris comme de l’arrogance" dit Irwin. "Ceux qui reçoivent des encouragements pourraient se sentir rabaissés, ou même que leurs partenaires virtuels s’encourageaient eux-mêmes, étant donné qu’aucun nom n’était cité".

Les participants de l’étude n’étaient pas conscients que leur partenaire était un enregistrement et qu’il n’aurait jamais arrêté l’exercice. Les chercheurs ont dit à tous les participants que dès qu’ils arrêtaient, leur partenaire devait aussi s’arrêter.

"Le fait d’être le ’maillon faible’ est très motivant dans un sport avec un partenaire ou en groupe" dit Irwin. "Vous ne voulez pas laisser votre partenaire inactif. Nous nous sommes appuyés sur cet aspect du sport en groupe. "Notre recherche suggère que le meilleur partenaire d’entraînement virtuel est un peu meilleur que vous, et qu’il ne vous encourage que dans certaines conditions" conclut-il.

Références :

[1] You Can Do It : the Efficacy of Encouragement in Motivating the Weak Link to Exercise Longer During an Online Exercise Video Game. Journal of Medical Internet Research.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |