Accueil du site > Santé > Le paradoxe de l’obésité est un mythe
Le paradoxe de l’obésité est un mythe

jeudi 5 décembre 2013

Comparés à des individus de poids normal, les gens les plus lourds ont un risque plus important de maladie.

Quand il s’agit de la santé à long terme, malheureusement il n’est pas bon de se goinfrer de gâteaux. Selon une recherche, les suggestions récentes selon lesquelles il serait possible d’être en surcharge pondérale ou obèse sans subir plus de risques sur la santé sont fausses, et des concepts tels que "l’obésité bénigne" ne sont pas confirmés par les données.

Des chercheurs Canadiens ont publié une étude dans les Annals of Internal Medicine [1] qui rapporte leur analyse de plus de 1000 études sur le poids et ses conséquences sur la santé, tout comme le "statut métabolique" des participants à ces études, s’ils étaient considérés comme étant en bonne santé ou s’ils avaient des niveaux bons ou mauvais de cholestérol, de résistance à l’insuline, des marqueurs d’inflammation et d’autres mesures connues pour augmenter le risque de maladie.

L’investigation concernait le statut métabolique qui est l’élément clé, parce que les suggestions à propos d’une obésité qui serait bénigne s’articulent sur la théorie disant que tant que votre état métabolique reste sain, le fait d’être en surpoids n’augmenterait pas vos chances d’accidents cardiovasculaires ni de décès prématuré.

Lorsque les résultats sur la santé était suivis pendant suffisamment de temps, le fait d’être significativement en surcharge pondérale avec un état métabolique sain était quand même pire que d’être de poids normal avec un statut métabolique sain. "Les individus obèses métaboliquement sains avaient un risque plus important d’accidents comparés aux individus métaboliquement sains mais de poids normal lorsque des études de suivi sur 10 ans ou plus étaient prises en compte" disent les chercheurs.

Cela vient probablement de ce que le fait d’être en surpoids conduit à développer des facteurs de risque métaboliques et des dysfonctionnements vasculaires qui ne sont pas assez importants pour attirer immédiatement une attention médicale, mais qu’avec le temps cela peut avoir des conséquences terribles.

Leurs résultats suggèrent qu’il n’y pas de modèles sains d’une prise de poids, concluent les chercheurs.

Références :

[1] Metabolically Healthy Overweight and Obesity Benign Conditions ? : A Systematic Review and Meta-analysis. Caroline K. Kramer, Bernard Zinman, Ravi Retnakaran, Annals of Internal Medicine, Dec. 2013, Vol 159, No. 11.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2017 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |