Accueil du site > Nutrition > Le régime méditerranéen réduit le risque de crise cardiaque et (...)
Le régime méditerranéen réduit le risque de crise cardiaque et d’attaque

mardi 26 février 2013

Les résultats de l’étude PREDIMED, dont l’objectif était d’évaluer l’efficacité du régime alimentaire méditerranéen dans la prévention des maladies cardiovasculaires, ont été publiés dans le New England Journal of Medicine [1]. Ils montrent que le régime méditerranéen, agrémenté d’huile d’olive extra-vierge ou de noix, réduit de 30% le risque de décéder d’un accident cardiaque, d’un infarctus du myocarde ou d’une attaque.

L’étude a cherché à déterminer les biomarqueurs de la consommation d’un régime alimentaire de type méditerranéen. Elle fait partie d’un projet plus large PREDIMED, réalisé entre 2003 et 2011, qui étudie les effets de l’alimentation de type méditerranéenne sur la prévention des maladies cardiovasculaires.

Un total de 7447 personnes qui avaient des facteurs de risque cardiovasculaires majeurs a participé à cette étude. Ils ont été répartis dans trois groupes avec trois alimentations différentes : un groupe avec une alimentation de type méditerranéen auquel a été ajouté de l’huile d’olive extra vierge, un groupe avec une alimentation méditerranéenne avec des noix (ou amandes ou noisettes), et un groupe suivant une alimentation faible en graisse (animale et légumes).

Un diététicien a visité les patients tous les trois mois, et ces derniers ont assisté à des séances de conseils alimentaires en groupe pendant lesquelles ils recevaient des informations détaillées sur l’alimentation de type méditerranéenne et l’alimentation faible en graisse, ainsi que sur les aliments inclus dans chacune d’elles. En outre, on leur fournissait des listes de courses, de menus et de recettes adaptés à chaque type de régime alimentaire pour chaque saison de l’année.

Pendant l’étude, les participants qui ont suivi l’un des deux types de régimes alimentaires méditerranéens ont reçu gratuitement de l’huile d’olive extra vierge (un litre par semaine), ou des noix (30 grammes par jour, dont 15 grammes de noix, 7,5 gr d’amandes et 7,5 gr de noisettes).

Après cinq ans, il a été démontré que les participants qui avaient suivi l’un des deux types de régime méditerranéen ont vécu une réduction substantielle du risque de décéder d’un accident cardiovasculaire, d’un infarctus du myocarde ou d’une attaque.

Selon les chercheurs, les résultats de l’étude PREDIMED sont pertinents car ils prouvent qu’une alimentation riche en graisse végétale est meilleure à la santé d’un point de vue cardiovasculaire qu’une alimentation faible en graisse. Les auteurs déclarent que l’étude est controversée car elle apporte des données nouvelles rejetant l’idée qu’il est nécessaire de réduire les graisses pour améliorer la santé cardiovasculaire.

C’est avec un immense espoir pour de nombreux malades que ces résultats fournissent des références nouvelles permettant de prévenir les maladies cardiovasculaires. En outre, la conception et la méthodologie de l’étude peut facilement être reprise et transférée dans le secteur biomédical.

Références :

[1] Primary Prevention of Cardiovascular Disease with a Mediterranean Diet. Ramón Estruch, Emilio Ros, Jordi Salas-Salvadó, Maria-Isabel Covas, D.Pharm., Dolores Corella, Fernando Arós, Enrique Gómez-Gracia, Valentina Ruiz-Gutiérrez, Miquel Fiol, José Lapetra, Rosa Maria Lamuela-Raventos, Lluís Serra-Majem, Xavier Pintó, Josep Basora, Miguel Angel Muñoz, José V. Sorlí, José Alfredo Martínez, Miguel Angel Martínez-González. New England Journal of Medicine, 2013 ; 130225030008006 DOI : 10.1056/NEJMoa1200303.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |