Accueil du site > Physiologie > Le sport rajeunit les cellules de neuf ans
Le sport rajeunit les cellules de neuf ans

lundi 29 mai 2017

Une recherche montre un avantage important chez ceux qui sont très actifs.

Malgré tous leurs efforts, aucun scientifique n’a encore réussi à bloquer le vieillissement humain. Même les crèmes dites « anti-âge » n’arrivent pas à stopper les ravages du temps.

Mais une recherche de l’Université Brigham Young révèle que vous pourriez être en mesure de ralentir un type de vieillissement, celui qui se produit à l’intérieur de vos cellules, tant que vous êtes disposés à transpirer !

« Le fait que vous ayez 40 ans ne veut pas dire que vous ayez biologiquement 40 ans, » explique le chercheur. « Nous connaissons tous des gens qui font plus jeunes que leur âge réel. Plus vous êtes actif physiquement, et moins le vieillissement biologique s’installe dans votre corps. »

Leur étude, publiée dans le journal médical Preventive Medicine [1], a trouvé que les individus qui ont des niveaux d’activité physique constamment élevés ont des télomères qui sont beaucoup plus longs que ceux qui ont des modes de vie sédentaires, ainsi que comparés à ceux qui sont modérément actifs.

Les télomères sont les terminaisons protéiniques des chromosomes. Ils sont semblables à une horloge biologique et ils sont extrêmement corrélés à l’âge, à chaque fois qu’une cellule se réplique, nous perdons un petit bout de ces terminaisons. Ainsi, plus nous vieillissons et plus les télomères raccourcissent.

Le Professeur Larry Tucker a découvert que les adultes qui ont un niveau élevé d’activité physique ont des télomères qui ont un avantage biologique de neuf ans sur leur vieillissement sur ceux qui sont sédentaires, et un avantage de sept ans comparés à ceux qui sont modérément actifs. Pour être considérées comme très actives, les femmes doivent réaliser 30 minutes de jogging par jour et 40 minutes pour les hommes, cinq jours par semaine.

« Si vous voulez voir une véritable différence dans le ralentissement du vieillissement, il semble qu’un peu d’exercice n’y fera pas grand-chose, » dit Tucker. « Il faut s’entrainer régulièrement et à un niveau assez élevé. »

Le chercheur a analysé des données provenant de 5 823 adultes qui ont participé à une grande étude, la CDC National Health & Nutrition Examination Survey, qui a inclus des valeurs provenant de la longueur des télomères sur les sujets de l’étude. L’indice a aussi inclus des données venant de 62 activités que les participants pouvaient réaliser dans une fenêtre de temps de 30 jours, ce que Tucker a analysé pour calculer les niveaux d’activité physique.

Son étude a trouvé que les télomères plus courts venaient des gens sédentaires – ils avaient 140 paires de base d’ADN de moins au bout de leurs télomères que les gens les plus actifs. Etonnamment, il a aussi découvert qu’il n’y avait pas de différence significative de la longueur des télomères entre ceux qui avaient une activité physique faible ou modérée et les personnes sédentaires.

Bien que le mécanisme exact expliquant comment l’exercice préserve les télomères soit inconnu, le chercheur déclare que cela pourrait être lié à l’inflammation et au stress oxydatif. Les études précédentes ont montré que la longueur des télomères est intimement liée à ces deux facteurs, et on sait que l’exercice physique peut supprimer l’inflammation et le stress oxydatif avec le temps.

« Nous savons que l’activité physique régulière permet de réduire la mortalité et que cela prolonge la vie, et maintenant nous savons qu’une partie de cet avantage pourrait être dû à la préservation des télomères, » conclut-il.

Références :

[1] Physical activity and telomere length in U.S. men and women : An NHANES investigation. Preventive Medicine, Vol. 100, 2017, pp 145–151.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |