Accueil du site > Physiologie > Le style de vie inverse le vieillissement des cellules
Le style de vie inverse le vieillissement des cellules

jeudi 19 septembre 2013

Le changement de son style de vie peut inverser l’horloge biologique, et notamment le vieillissement au niveau cellulaire.

Dans le cadre d’une étude pilote publiée dans le journal Lancet Oncology [1], des chercheurs ont découvert que des hommes qui modifiaient leur alimentation pour une plus saine, qui faisaient de l’exercice modérément et qui adoptaient un style de vie moins stressant sur quelques années voyaient se réaliser une augmentation de la longueur de leurs télomères – qui sont les terminaisons des chromosomes qui les protègent de la détérioration.

Les télomères se raccourcissent à chaque fois que les cellules se divisent. Quand ils ont atteint une certaine longueur, une cellule peut mourir ou cesser de se diviser.

Dans cette étude, on a demandé à 10 hommes d’adopter une alimentation à base de plantes et légumes, de faire de l’exercice modéré et de faire des activités permettant de réduire le stress comme de la méditation et du yoga. Ils ont participé à des rencontres en groupe chaque semaine, comme moyen de favoriser un soutien social. Un autre groupe de 25 hommes ne devait quant à lui opérer aucun changement de son style de vie, car il servait de groupe de contrôle.

Les chercheurs ont mesuré la longueur des télomères des globules blancs des participants au début de l’étude, puis cinq ans plus tard. Dans le groupe qui avait modifié son style de vie, la longueur des télomères a significativement augmenté, de 10% en moyenne, mais dans le groupe contrôle les télomères ont raccourci de 3% en moyenne.

Les télomères sont souvent représentés comme les bouts des lacets en plastique qui les empêchent de s’effiler. Il a été récemment découvert que les télomères pouvaient aussi s’allonger, et retarder le vieillissement des cellules.

"Un certain nombre d’études a montré que quand les télomères raccourcissent, le risque de décès prématuré, et la plupart des maladies chroniques depuis les maladies de cœur jusqu’au cancer et même la démence, augmentent" dit le Dr. Dean Ornish, chercheur. Ainsi, en un sens, quand nos télomères deviennent plus courts nos vies deviennent plus courtes aussi.

La découverte de la fonction des télomères dans le vieillissement des cellules, avec l’enzyme qui fabrique les télomères, avait permis à trois scientifiques de remporter le Prix Nobel de Médecine en 2009.

On ne sait pas avec encore comment le style de vie peut modifier la longueur des télomères, disent les chercheurs. La longueur des télomères est contrôlée par de multiples mécanismes, comprenant l’activité de son enzyme, la télomérase. On pense qu’une activité plus forte de la télomérase augmente la longueur des télomères. Mais les chercheurs n’ont pas découvert d’augmentation de l’enzyme dans cette étude, et ils n’ont pas testé les autres mécanismes possibles.

Tous les hommes de cette étude ont été diagnostiqués avec un cancer de la prostate à faible risque, et ils ont décidé ne pas prendre les traitements conventionnels de chirurgie ni les rayonnements. Cependant, l’étude n’avait pas été conçue pour détecter les effets des changements du style de vie sur le cancer de la prostate des participants, disent les chercheurs. Il est probable que leurs résultats à propos des changements du style de vie puissent s’élargir à d’autres groupes de population aussi.

"Les implications de ces résultats s’étendent selon toute probabilité à tous les hommes, et non pas seulement à ceux qui ont un cancer de la prostate, ainsi qu’aux femmes" disent les chercheurs. Les résultats ont aussi montré une tendance claire : plus les participants changeaient positivement leurs styles de vie et plus la longueur des télomères s’allongeait.

Le nombre de participants était trop faible pour pouvoir démontrer une relation de cause à effet, disent-il. Cependant, malgré la petite taille de l’échantillon, les différences entre les groupes était importante. Des études plus importantes seront nécessaires pour voir si les changements du style de vie peuvent significativement réduire le risque des individus de décéder prématurément, ou de contracter des maladies chroniques.

Références :

[1] Effect of comprehensive lifestyle changes on telomerase activity and telomere length in men with biopsy-proven low-risk prostate cancer : 5-year follow-up of a descriptive pilot study. The Lancet Oncology, 2013.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |