Accueil du site > Physiologie > Le surpoids peut être causé par un métabolisme de la graisse inefficace
Le surpoids peut être causé par un métabolisme de la graisse inefficace

lundi 4 juin 2018

Une étude du Karolinska Institutet en Suède publiée dans le journal Cell Metabolism [1] montre qu’une prise de poids sur une longue durée peut, dans certains cas, être attribuée à une capacité réduite de métaboliser les graisses. Les individus sensibles pourraient avoir besoin de changer leur style de vie pour un mode plus intensif afin de leur permettre d’éviter de prendre du poids ou de développer un diabète de type 2.

Les scientifiques cherchent depuis longtemps une explication sur les différences dans cette tendance que les individus ont à grossir, à devenir obèses ou à développer un diabète de type 2. Mis à part les facteurs en rapport avec leur mode de vie, comme l’alimentation et l’activité physique, des différences physiologiques du métabolisme – qui conduiraient à des différences dans la prise de poids entre les gens – sont suspectées de jouer un rôle.

"Nous suspections la présence de mécanismes physiologiques dans les tissus graisseux qui font que certaines personnes prennent du poids et d’autres non, malgré des modes de vie identiques, et nous en avons trouvé un," expliquent les chercheurs.

Dans leur étude, les chercheurs ont analysé des échantillons de tissu provenant de la graisse sous-cutanée prélevée sur des estomacs de femmes avant et après une période de suivi de dix ans environ. Ils ont découvert que la capacité des cellules de graisse à libérer les acides gras, un processus connu sous le nom de "lipolyse", dans le premier échantillon de tissu pouvait être utilisé pour prédire quelle femme aurait développé un diabète de type 2 à la fin de l’étude. Ils ont aussi trouvé que ces femmes avaient un petit nombre de gènes spécifiques, impliqués dans la lipolyse, qui avaient une activité réduite.

La lipolyse est le processus par lequel une cellule de graisse libère les acides gras, qui sont ensuite utilisés comme source d’énergie par les muscles. Les chercheurs font la différence entre la lipolyse fondamentale, qui est continue, et la lipolyse stimulée par les hormones, qui est provoquée en réponse à une augmentation des besoins en énergie. Les cellules de graisse des femmes qui étaient en surcharge pondérale ont affiché une lipolyse basale élevée mais peu stimulée par les hormones, ce qui donne un risque 3 à 6 fois plus élevé de prendre du poids et d’être atteint d’un diabète de type 2.

"C’est un peu comme une voiture qui tourne à haut régime mais qui perd sa capacité à atteindre la bonne vitesse quand il le faut," disent les chercheurs. "Il résulte de cela que les cellules de graisse prennent en fin de compte plus de graisse que ce dont elles peuvent se débarrasser."

L’équipe a d’abord découvert l’existence de cette corrélation dans un groupe de 54 femmes, qui avait donné les premiers échantillons de tissu entre 2001 et 2003 et qui ont été suivies pendant 13 ans. Ils ont ensuite répété l’analyse sur 28 autres femmes qui avaient donné des échantillons en 1998 et qui ont été suivies pendant 10 ans, avec les mêmes résultats.

L’objectif des chercheurs était de trouver un moyen d’identifier les individus qui courraient le risque de se retrouver en surpoids et de développer un diabète de type 2. Les analyses des tissus de graisse sont, cependant, quelque chose de relativement exigeant en ressources et qui peut seulement être réalisé par des laboratoires spécialement équipés. En conséquence, les chercheurs ont développé un algorithme basé sur des paramètres cliniques et biochimiques à partir de centaines d’individus, afin d’obtenir une estimation indirecte de la quantité d’acides gras qui sont libérés par les cellules de graisse et ainsi prédire la prise de poids.

"Nos résultats ont maintenant besoin d’être corroborés par de plus grandes études ainsi que sur des hommes, mais nous espérons développer une manière cliniquement efficace pour identifier les individus qui courent le risque de se retrouver en surcharge pondérale et de développer un diabète de type 2, et qui devront donc avoir un mode de vie plus intensif que les autres pour rester en bonne santé," concluent-ils.

Références :

[1] Weight gain and impaired glucose metabolism in women is predicted by inefficient subcutaneous fat cell lipolysis. Peter Arner, Daniel P. Andersson, Jesper Bäckdahl, Ingrid Dahlman, Mikael Rydén. Cell Metabolism.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2018 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |