Accueil du site > Santé > Le syndrome du coeur brisé
Le syndrome du coeur brisé

dimanche 12 février 2012

À l’approche de la Saint Valentin, tous ceux qui ont été malheureux en amour déclarent avoir eu le coeur brisé. Et il s’avère qu’un "coeur brisé" est une maladie bien réelle !

Le syndrome du coeur brisé survient durant une période fortement stressante ou émotionnellement chargée, telle qu’une rupture douloureuse, le décès d’un(e) époux(se), la perte d’un emploi ou une colère extrême.

Le syndrome du coeur brisé est aussi appelé stress cardiomyopathique. Les symptômes sont identiques à ceux de la crise cardiaque, comprenant une douleur dans la poitrine et des difficultés à respirer. La bonne nouvelle c’est que, avec le temps, les symptômes s’estompent. Et contrairement aux patients qui ont des crises cardiaques, les individus avec le syndrome du coeur brisé ne souffrent pas de lésions cardiaques durables.

"La plupart des gens iront mieux quelques semaines plus tard sans traitement médical" explique le Dr. Binh Phan, cardiologue à l’Université Loyola. Pendant un événement extrêmement stressant, le coeur peut être débordé sous une déferlante subite d’adrénaline et d’autres hormones du stress.

Cela peut causer un rétrécissement des artères qui apporte le sang au coeur. C’est comme ce qui arrive pendant une crise cardiaque, quand un caillot de sang dans une artère coronaire limite l’apport de sang au muscle cardiaque. Mais contrairement à une crise cardiaque, le syndrome du coeur brisé est réversible.

Il est cependant difficile de faire la distinction entre un syndrome du coeur brisé et une crise cardiaque, explique le Dr Phan. Ainsi, si vous vivez des symptômes comme une forte douleur dans la poitrine et des difficultés à respirer, n’attendez pas de savoir s’il ne s’agit que d’un syndrome du coeur brisé, appelez les Urgences !


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2018 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |