Accueil du site > Physiologie > Le système musculaire : fonctionnement et maladies
Le système musculaire : fonctionnement et maladies

vendredi 8 février 2013

Alors que la plupart des gens associe les muscles à la force, ils font plus que de vous assister pour porter de lourds objets. Les 650 muscles du corps humain non seulement supportent le mouvement – marcher, parler, s’asseoir, se lever, manger et d’autres fonctions quotidiennes que nous réalisons consciemment – mais ils nous aident aussi à maintenir une posture et à faire circuler le sang et d’autres substances à travers le corps entre autres fonctions.

Description du système musculaire

Le système nerveux contrôle les actions des muscles, bien que certains muscles, y compris le muscle cardiaque, peuvent fonctionner de façon autonome. Les muscles représentent plus de la moitié du poids du corps humain, et les individus qui font régulièrement de la musculation prennent souvent du poids parce que le muscle est environ trois fois plus dense que la graisse.

Le système musculaire peut être décomposé en trois types de muscles : squelettique, viscéral (lisse) et cardiaque.

Les muscles squelettiques sont les seuls tissus musculaires volontaires dans le corps humain et qui contrôlent toute action qu’une personne réalise consciemment. La plupart des muscles squelettiques sont fixés à deux os via une articulation, ainsi le muscle sert à faire bouger des parties de ces os les uns contre les autres.

Les muscles viscéraux, ou lisses, se trouvent à l’intérieur d’organes comme l’estomac, les intestins et les vaisseaux sanguins. On les appelle "muscles lisses" parce que contrairement aux autres muscles, ils n’ont pas cette apparence de bande des muscles squelettiques ou cardiaque. Le plus faible de tous les tissus musculaires, le muscle viscéral, envoi des signaux pour contracter afin de remuer des substances à travers l’organe. Parce que le muscle viscéral est contrôlé par la partie inconsciente du cerveau, il est connu comme étant un muscle involontaire car il ne peut pas être contrôlé par l’esprit conscient.

Présent seulement dans le coeur, le muscle cardiaque est responsable du pompage du sang à travers le corps. Le pacemaker naturel du coeur est constitué de muscle cardiaque qui signale aux autres muscles cardiaques de se contracter. Tout comme les muscles lisses, le tissu du muscle cardiaque est contrôlé involontairement. Tandis que les hormones et les signaux provenant du cerveau ajustent le taux de contractions, le muscle cardiaque se stimule lui-même pour se contracter.

Les muscles sont aussi classés selon leur forme, taille et direction. Les deltoïdes ont une forme triangulaire. Le muscle dentelé, qui commence à la surface de la seconde côte jusqu’à la neuvième sur le côté de la poitrine et courre le long sur toute la longueur antérieure de l’omoplate, a une forme en dent de scie distinctive. Le grand rhomboïde a une forme en diamant.

La taille peut être utilisée pour différentier des muscles identiques dans une même région. La région des fesses contient trois muscles différentiés par leur taille : le grand glutéal (grand fessier), le moyen glutéal (moyen fessier) et le petit glutéal (petit fessier).

La direction vers laquelle les fibres musculaires se dirigent peut être utilisée pour identifier un muscle. Dans la région abdominale, il y a plusieurs ensembles de larges muscles plats. Les muscles dont les fibres vont de haut en bas sont le droit de l’abdomen, ceux qui vont de façon transverse (de gauche à droite) sont les abdominaux transverses, et ceux qui courent à l’angle sont les obliques. Comme tous les dingues de sport le savent, les obliques sont parmi les muscles les plus durs à développer et ils terminent la "tablette" abdominale.

Les muscles peuvent aussi être identifiés par leur fonction. Le groupe des fléchisseurs de l’avant-bras fait fléchir le poignet et les doigts. Le supinateur est le muscle qui supine le poignet en le roulant et en faisant tourner la main. Les muscles abducteurs de la cuisse permettent l’abduction de la jambe ou poussent ensemble les membres.

Les maladies du système musculaire

Il n’y a pas un médecin unique qui traite les maladies et les troubles musculaires. Les rhumatologues, les orthopédistes et les neurologues peuvent traiter les états pathologiques qui affectent les muscles.

Étant donné que le système musculaire impacte beaucoup de fonctions nécessaires au maintien de la vie, toute maladie ou trouble peut causer des problèmes de santé mineurs ou graves. Non seulement les pathologies musculaires affectent la mobilité, mais elles peuvent aussi avoir pour résultats d’autres anomalies fonctionnelles, telles que l’incapacité à respirer, à avaler ou à parler.

La dystrophie musculaire est une maladie génétique qui endommage les fibres musculaires. Les symptômes de la dystrophie musculaire comprennent de la faiblesse, une perte de mobilité et l’absence de coordination. Les patients atteints de dystrophie peuvent souffrir d’une des neuf formes de la maladie, qui peut survenir n’importe quand dans la vie d’un individu et qui ne se guérit pas.

La paralysie cérébrale impacte la posture, l’équilibre et les fonctions motrices. Une détérioration du cerveau pendant ou avant la naissance peut causer une perte de la tonicité musculaire, ce qui rend la réalisation des tâches de tous les jours difficile. C’est l’une des pathologies congénitales les plus fréquentes.

La myasthénie est une maladie auto-immune chronique qui résulte en une faiblesse et une fatigue musculaire. Une décomposition de la jonction neuromusculaire fait que le cerveau perd le contrôle de ces muscles, ce qui peut avoir pour conséquence des difficultés à respirer et à avaler.

La sclérose latérale amyotrophique, souvent appelée la "maladie de Gehrig", est une maladie neuro-dégénérative progressive qui touche les cellules nerveuses dans le cerveau. C’est une maladie fatale qui conduit à une perte de contrôle et qui cause des mouvements musculaires involontaires, ce qui rend très difficile à avaler, respirer et parler. Dans sa phase ultime, la maladie cause la paralysie et la mort.

Le fibromyalgie est un trouble chronique caractérisé par une douleur musculaire, de la fatigue et une sensibilité en des régions localisées du corps. Alors que c’est une maladie difficile à localiser et à diagnostiquer car elle peut imiter beaucoup d’autres maladies, elle est beaucoup mieux acceptée et reconnue de nos jours.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2017 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |