Accueil du site > Santé > Les athlètes de haut niveau risquent des problèmes cardiaques
Les athlètes de haut niveau risquent des problèmes cardiaques

mercredi 7 septembre 2011

Les sportifs de haut niveau qui participent à des sports d’endurance ont un risque plus élevé de vivre des problèmes de rythme cardiaque que les athlètes amateurs, affirme une étude Suédoise présentée lors du Congrès 2011 de la Société Européenne de Cardiologie à Paris. Et ceux qui s’entrainent depuis longtemps font également face à un risque plus important comparés à ceux qui s’entrainent depuis moins de temps.

"Cette étude montre que même si l’activité sportive est généralement bonne pour la santé, les athlètes engagés dans des sports d’endurance à des niveaux professionnels ont un risque plus élevé de souffrir de trouble du rythme cardiaque" dit le Dr Kasper Andersen , chercheur à l’Université Uppsala en Suède.

Des études antérieures ont rapporté une plus forte incidence de certains problèmes du rythme cardiaque (ou arythmie) chez les athlètes de sports d’endurance, mais ces études étaient assez petites.

Dans leur étude, Andersen et ses collègues ont examiné les données de presque 47500 athlètes qui ont participé à une course de ski en Suède entre 1989 et 1998. La course, appelée Vasaloppet est longue de 90 kilomètres et a lieu en mars de chaque année. Les participants vont des skieurs professionnels aux sportifs amateurs, et leur temps final dépend de leur entrainement.

Les chercheurs ont comparé le temps de chaque participant avec le temps du vainqueur de l’année étudiée, et ils ont compté le nombre de courses réalisées par le participant (une mesure de sa durée d’entrainement).

Comparés à ceux qui ont réalisé une seule fois la course, ceux qui l’ont faite sept fois ou plus avaient 29% de risque en plus de développer une arythmie cardiaque.

En outre, les athlètes d’élite qui avaient terminé la course à 1,6 fois le temps du vainqueur avaient 37% de risque de plus de souffrir d’arythmie que les athlètes amateurs qui avaient fini à plus de 2,4 fois le temps du premier. Cette association était plus forte parmi les athlètes de moins de 45 ans.

Un entrainement athlétique intense peut modifier la structure du cœur, et bien qu’on ne sache pas exactement pourquoi, les scientifiques reconnaissent de plus en plus que les modifications qui proviennent d’un conditionnement athlétique prolongé peuvent être similaires à celles de certaines maladies cardiaques, d’après une étude de 2006 des chercheurs de la Heart Institute Foundation de Minneapolis.

Dans la présente étude, la plupart des sportifs avaient les types d’arythmie les plus fréquents, qui sont la fibrillation (un rythme cardiaque irrégulier rapide) et une bradyarythmie (un rythme cardiaque lent). Les chercheurs n’ont pas trouvé d’augmentation significative du risque potentiel d’arythmie ventriculaire létale (un rythme cardiaque rapide qui prend son origine dans les grandes cavités cardiaques).

Les chercheurs précisent que leur étude n’a fait que comparer des athlètes à des niveaux différents. Et il est important de noter que les participants de cette étude étaient généralement en bonne santé, avaient un statut socio-économique plus élevé que la moyenne et un taux de mortalité plus faible que la population générale.

D’autres grandes études seront nécessaires pour comparer les athlètes contre la population normale.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2017 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |