Accueil du site > Santé > Les cigarettes électroniques sont peu sûres
Les cigarettes électroniques sont peu sûres

samedi 4 décembre 2010

Des chercheurs rappellent qu’une évaluation de la sécurité des cigarettes électroniques est urgente.

Les cigarettes électroniques (ou e-cigarettes), aussi appelées "systèmes de délivrance électronique de nicotine", sont de plus en plus utilisées dans le monde, bien qu’il n’y ait qu’une mince information sur leurs effets à la santé [1]. Trouvées dans certaines boutiques ou sur internet, ces cigarettes électroniques sont-elles sûres ?

Pour pouvoir répondre à cette question, des chercheurs de l’Université de Californie ont évalué cinq marques d’e-cigarettes et ont découvert des défauts dans les méthodologies, un manque d’étiquetage adéquat et plusieurs problèmes à propos de la qualité du contrôle et de santé.

Dans cette étude publiée dans Tobacco Control, ils ont conclu que les cigarettes électroniques étaient potentiellement nocives, et qu’il était urgent pour les autorités sanitaires de retirer ces e-cigarettes du commerce jusqu’à ce que leur sûreté soit correctement évaluée.

Contrairement aux cigarettes conventionnelles qui brûlent du tabac, les cigarettes électroniques vaporisent de la nicotine, avec d’autres composants présents dans la cartouche, sous la forme d’aérosol créé en chauffant, mais ne produisent pas les milliers de composés chimiques et toxiques créés par la combustion de tabac. Cependant, on ne sait rien des éléments chimiques présents dans les vapeurs émanant des cigarettes électroniques.

"Certaines personnes croient que les cigarettes électroniques constituent un substitut sans danger des cigarettes conventionnelles" dit Prue Talbot directeur de la recherche. "Cependant, il n’y a virtuellement aucune étude scientifique sur les cigarettes électroniques et leur sûreté. Notre étude a montré que ce produit a plusieurs défauts, qui peuvent causer de sérieux problèmes de santé publique s’ils ne sont pas corrigés dans un proche avenir."

Les chercheurs ont examiné la méthodologie, la précision et la clarté de l’étiquetage, le contenu en nicotine, les fuites, les parties défectueuses, la destruction, les erreurs de remplissage, la qualité du manuel d’instruction et la publicité pour les marques de cigarettes électroniques NJOY, Liberty Stix, Crown Seven (Hydro), Smoking Everywhere (Gold & Platinum) et VapCigs.

Leurs principales observations étaient que :

- les batteries, les atomiseurs, les cartouches, les enveloppes des cartouches, les paquets et les manuels d’instruction manquaient d’informations importantes concernant le contenu des e-cigarettes, leur utilisation et des avertissements essentiels,
- une fuite des cartouches des cigarettes électroniques qui pourrait exposer la nicotine, qui est un élément chimique dangereux et qui rend dépendant, aux enfants, adultes, animaux et l’environnement ;
- il n’y avait pas de méthodes correctes de retraitement des produits et accessoires des cigarettes électroniques, y compris les cartouches, qui pourraient résulter en une contamination par la nicotine provenant de la cartouche usagée s’infiltrant dans des sources d’eau et le sol, impactant sévèrement l’environnement ;
- la fabrication, le contrôle de la qualité, les ventes et la publicité ne sont pas régulés.

"Il faut plus de recherches sur les cigarettes électroniques pour protéger la santé des utilisateurs, et même ceux qui n’utilisent pas d’e-cigarettes" explique un scientifique. "Contrairement aux déclarations des fabricants et des vendeurs de cigarettes électroniques qui affirment qu’elles sont sans dangers, nous ne savons presque rien de la toxicité des vapeurs générées par ces objets. Jusqu’à ce que nous en sachions plus sur les risques sanitaires potentiels des toxines produites par la chaleur des contenus de nicotine des cartouches, les affirmations de "sécurité" des fabricants sont au mieux douteuses."

Références :

[1] Les cigarettes électroniques consistent en une batterie, un chargeur, un cordon d’alimentation, un pulvérisateur et une cartouche qui contient de la nicotine et du propylène glycol. Quand un fumeur tire de l’air à travers une cigarette électronique, un détecteur de débit active la batterie qui allume le bout de la cigarette pour simuler l’action de fumer et chauffe le diffuseur pour vaporiser le propylène glycol et la nicotine. Pendant l’inhalation, le vaporisateur délivre une dose de nicotine dans les poumons du fumeur, après quoi le résiduel est exhalé dans l’environnement.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :


1 Message


| Bodyscience.fr - Conception : © 2017 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | C.G.U. |