Accueil du site > Physiologie > Les êtres humains évoluent-ils encore ?
Les êtres humains évoluent-ils encore ?

dimanche 1er novembre 2009

Absolument ! Répond une nouvelle analyse de la santé humaine sur le long terme [1].

Bien que les avancées en soins de la santé aient amélioré les conditions de vie avec le temps, une étude a montré que les êtres humains ne sont pas entièrement protégés des forces de la sélection naturelle.

"Il y a cette idée que parce que la médecine a été si utile pour ce qui est de réduire les taux de mortalité, cela signifierait que la sélection naturelle n’opère plus du tout chez les humains" explique Stephen Stearns de l’Université de Yale. Une récente analyse, de Stearns et al., a mis à mal cette idée.

Faisant partie intégrante d’un groupe de travail financé par le Centre de Synthèse Evolutionnaire National de Durham, l’équipe de chercheurs a décidé de découvrir si la sélection naturelle, force motrice majeure de l’évolution, est toujours à l’œuvre chez les êtres humains de nos jours. Le résultat ? L’évolution humaine ne s’est pas arrêtée. En fait, nous sommes susceptibles d’évoluer dans à peu près les mêmes proportions que les autres objets vivants.

En bénéficiant des données collectées par une étude sur 60 ans sur plus de 2000 femmes Nord-Américaines de l’étude Framingham Heart, les chercheurs ont analysé une poignée de caractéristiques importantes pour la santé humaine. En mesurant les effets de ces caractéristiques sur le nombre d’enfants que les femmes ont eu leur vie durant, les chercheurs étaient en mesure d’estimer la force de la sélection, et de faire des prédictions à court terme sur l’évolution de chaque caractéristique dans le futur.

Après avoir ajusté des facteurs tels que l’éducation et le tabagisme, leurs modèles prédisent que les descendants de ces femmes seront légèrement plus petits et plus lourds, auront une tension artérielle plus élevée et plus de cholestérol, auront leur premier enfant jeune, et atteindront la ménopause plus tard dans leur vie.

"Le message a retenir c’est que les êtres humains sont toujours en train d’évoluer actuellement" dit Stearns. "La sélection naturelle opère toujours."

Les changements pourraient être lents et graduels, mais les taux prédits d’évolution ne sont pas différents de ceux observés ailleurs dans la nature, disent les chercheurs. "L’évolution qui continue chez les femmes de Framingham est comme les taux moyens d’évolution mesurés chez les plantes et autres animaux" dit-il. "Ces résultats placent l’être humain dans la catégorie moyenne ou lente des taux observés pour les autres êtres vivants" ajoute-t-il. "Mais ce que cela signifie, c’est que les humains ne sont pas spéciaux concernant la rapidité de leur évolution. Ils sont une espèce du milieu."

- La théorie de l’évolution : Une logique pour la biologie de Patrice David.

Références :

[1] Natural selection in a contemporary human population. Byars, S., D. Ewbank, et al. (2009). Proceedings of the National Academy of Sciences, 106(42)


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |