Accueil du site > Nutrition > Les fruits et les légumes sont bons à la santé, mais pas pour maigrir.
Les fruits et les légumes sont bons à la santé, mais pas pour maigrir.

vendredi 27 juin 2014

Il est souvent recommandé de se remplir l’estomac pour augmenter le sentiment de satiété en mangeant plus de fruits et légumes, mais d’après une étude publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition [1], cela pourrait aussi être une recommandation alimentaire à laisser tomber.

Le Dr Kathryn Kaiser et son équipe de chercheurs ont réalisé une revue systématique et une méta-analyse des données sur plus de 1200 participants, issus de 7 études randomisées et contrôlées qui s’étaient toutes concentrées sur une augmentation de la consommation de fruits et légumes pour en voir les effets sur la perte de poids. Leurs résultats ont montré que le fait d’augmenter la consommation de fruits et légumes en soi ne faisait pas maigrir.

"Toutes les études passées en revue ont montré un effet proche de zéro concernant la perte de poids" dit Kaiser. "Je ne pense donc pas que le seul fait d’en manger plus soit nécessairement une approche efficace pour maigrir, parce que le fait de seulement les ajouter tout en haut de la liste des aliments qu’une personne peut manger n’est pas susceptible de modifier le poids."

Malgré la croyance de certains que le fait d’augmenter la part des fruits pourrait accroitre le risque de grossir, la chercheuse déclare que ce n’était pas le cas aux doses étudiées. "Il semble qu’une augmentation des parts ne faisait pas grossir, ce qui est une bonne chose car cela augmente l’apport en vitamines et en fibres" dit Kaiser.

Alors qu’elle reconnait l’importance de manger des fruits et légumes car ils apportent de nombreux bénéfices à la santé, les attentes concernant une éventuelle perte de poids pourraient être déçues.

"Dans le contexte général d’une alimentation saine, la réduction de l’énergie avalée est la meilleure et la seule façon de maigrir. Ainsi, pour perdre du poids, il faut diminuer son apport calorique" dit Kaiser. "Les gens émettent l’hypothèse que les aliments riches en fibres comme les fruits et les légumes vont remplacer les aliments moins sains, et que c’est un mécanisme qui va permettre de maigrir ; mais les résultats de notre étude montrent que l’effet ne semble pas s’appliquer chez ceux qui n’ont fait qu’augmenter leur consommation de fruits et légumes."

"Pour la santé publique, nous voulions envoyer des messages encourageants et positifs, et le fait de dire aux gens de manger plus de fruits et légumes semble être beaucoup plus positif que de seulement leur dire de moins manger. Malheureusement, il semble que si nous ne faisons que leur dire de manger plus de fruits et légumes sans réduire leur consommation de nourriture totale, alors on ne perd pas de poids" dit le Dr David Allison, auteur de l’étude.

Et comme cette recommandation est très largement partagée, Kaiser pense que ces résultats devraient viser à modifier le message délivré au public. "Il y a de nombreuses études dans lesquelles les gens dépensent beaucoup d’argent pour trouver un moyen d’augmenter la consommation de fruits et légumes, et il y a beaucoup d’arguments santé qui peuvent aider en cela ; mais maigrir n’en fait pas partie" dit le chercheur. "Je pense que travailler davantage sur des interventions visant à adopter un style de vie sain constituerait une meilleure utilisation de l’argent, public ou non, et du temps."

Kaiser ajoute qu’il est important que plus de recherches de qualité soient réalisées pour étudier comment les différents aliments peuvent interagir pour produire une perte de poids saine qui puisse être maintenue dans le temps.

"Nous devons concevoir des études mécaniques pour mieux comprendre ces choses, pour pouvoir aider le public à être mieux informé, et pour savoir quoi faire quand il s’agit des efforts à déployer pour maigrir" dit-elle. "Les messages trop simplifiés ne semblent pas être très efficaces."

Références :

[1] Kathryn a Kaiser, Andrew W Brown, Michelle M Bohan Brown, James M Shikany, Richard D Mattes, David B Allison. Increased fruit and vegetable intake has no discernible effect on weight loss : a systematic review and meta-analysis. American Journal of Clinical Nutrition, 2014. DOI : 10.3945/ajcn.114.090548.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |