Accueil du site > Santé > Les hivers secs associés aux manifestations saisonnières de grippe
Les hivers secs associés aux manifestations saisonnières de grippe

dimanche 21 février 2010

L’augmentation saisonnière de la grippe a longtemps dérouté les scientifiques, mais une étude publiée dans PLos Biology [1] a découvert que les changements saisonniers de l’humidité absolue étaient les causes sous-jacentes apparentes de ces pics hivernaux. L’étude a aussi trouvé que le début des éruptions pourrait être encouragé par des conditions météo préalablement anormalement sèches, au moins dans les régions tempérées.

Des scientifiques ont longtemps suspecté un lien entre l’humidité et les poussées saisonnières (épidémiques) de grippe, mais la plupart des recherches se sont concentrées sur l’humidité relative, le ratio de vapeur d’eau contenue dans l’air au niveau de saturation, qui varie avec la température. L’humidité absolue quantifie la quantité réelle d’eau dans l’air, indépendamment de la température.

Bien que semblant contre-intuitive, l’humidité absolue est plus élevée en été. "Dans certaines régions du pays, un jour d’été typique peut avoir quatre fois plus de vapeur d’eau qu’un jour d’hiver typique, une différence qui existe à la fois à l’extérieur et à l’intérieur" dit Jeffrey Shaman, scientifique atmosphérique de l’Université de l’Oregon et auteur de l’étude.

Les chercheurs ont utilisé 31 années d’observation des conditions d’humidité absolue pour réaliser un modèle mathématique de la grippe, et ont trouvé que les simulations ont reproduit le cycle saisonnier de la grippe observé à travers les Etats-Unis. Ils ont d’abord examiné la grippe à New York, Washington, dans l’Illinois, l’Arizona et la Floride, et ont découvert que les conditions d’absolue humidité dans ces états avaient toutes produite les explosions de grippe saisonnières simulées par le modèle, en corrélation avec les cycles saisonniers de grippe observés dans chaque état.

Shaman et ses collègues ont alors étendu leurs modèles au reste du continent américain et ont pu reproduire le cycle saisonnier de la grippe partout ailleurs. Ils ont aussi découvert que le commencement de nombreux épisodes de grippe pendant l’hiver était directement précédé par une période de temps qui avait été plus sèche que d’habitude.

"Cette période sèche n’est pas une nécessité pour provoquer un épisode grippal, mais elle était présente dans 55 à 60% des épisodes que nous avons analysés, ainsi il semble qu’elle augmente la probabilité d’une crise de grippe" dit Shaman. "La réponse du virus est presque immédiate ; les taux de transmission et de survie augmentent, et environ 10 jours plus tard, les taux de mortalité de grippe observés suivent."

Bien que les résultats de Shaman et ses collègues constituent un puissant cas sur le rôle de l’humidité absolue dans les épisodes de grippe, cela ne signifie pas que vous puissiez prédire où la grippe frappera dans le futur. Comme Shaman le prévient : "l’humidité absolue pourrait certainement affecter le taux de survie du virus de la grippe, mais la sévérité des pandémies est aussi dépendante d’autres variables, comme le type de virus et sa virulence, tout autant que des facteurs hôtes comme la susceptibilité d’une population et les taux de mélange de la population, ainsi que les interactions entre les individus."

Marc Lipsitch, professeur d’épidémiologie à Harvard et auteur de l’étude, déclare que cette nouvelle analyse pourrait avoir des implications pour d’autres maladies. "Le caractère saisonnier des maladies infectieuses est l’une des observations les plus ancienne sur la santé humaine, mais les mécanismes, spécialement pour les maladies respiratoires comme la grippe, demeurent obscures" dit Lipsitch. "Cette étude, en association avec Shaman et l’analyse de Kohn du laboratoire d’expériences sur la transmission de la grippe, met le doigt sur la variation de l’humidité comme étant une cause majeure des cycles saisonniers de la grippe."

"La variation saisonnière de la grippe, en retour, permet d’expliquer la variation d’autres maladies infectieuses, comme les maladies à pneumocoque ou à méningocoque, tout comme les variations saisonnières des crises cardiaques, attaques et autres résultats sanitaires importants."

"La découverte d’un lien entre les crises de grippes et l’humidité absolue pourrait avoir un impact important sur le développement de stratégies visant à limiter la diffusion de l’infection". Comprendre pourquoi ces épisodes surviennent est un premier pas important pour pouvoir les contenir et les prévenir, ainsi il est essentiel pour les scientifiques de poursuivre cette intrigante connexion."

Références :

[1] Shaman J, Pitzer VE, Viboud C, Grenfell BT, Lipsitch M (2010) Absolute Humidity and the Seasonal Onset of Influenza in the Continental United States.. PLoS Biol 8(2) : e1000316.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |