Accueil du site > Physiologie > Les marathons endommagent le coeur des moins entrainés jusqu’à 3 (...)
Les marathons endommagent le coeur des moins entrainés jusqu’à 3 mois

lundi 25 octobre 2010

Est-ce que courir un marathon est bon pour vous, ou cela abime-t-il le coeur ?

Une équipe de chercheurs et de coureurs de la Heart and Stroke Foundation a trouvé un moyen pratique de répondre à cette question.

Ils ont utilisé des données issues de l’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour découvrir ce qui se passait réellement dans le coeur d’un marathonien qui accumule les kilomètres.

"Les coureurs de marathon peuvent être moins en forme que ce qu’ils croient" dit le Dr. Larose, professeur de médecine et cardiologue à l’Université de Laval au Canada. Un manque de forme physique en endurance pourrait directement impacter les façons dont le coeur s’organise lui-même pour survivre au stress de la course à pieds, explique-t-il.

Sa recherche a découvert que la magnitude des segments d’un coeur anormal était plus répandue et importante dans un groupe de coureurs qui étaient moins entrainés. Pendant le marathon, ils avaient des signes montrant que le coeur pourrait avoir plus de risques de dégâts que des coureurs mieux entrainés, ou qui sont en meilleure condition physique.

Sans un entraînement approprié, courir un marathon peut endommager votre coeur. Heureusement, les blessures induites par le sport sont réversibles avec le temps" dit le Dr Larose. "Mais cela peut prendre jusqu’à trois mois pour récupérer complètement."

Ils ont étudié les effets en utilisant des mesures par IRM, qui pousse la recherche au-delà du traditionnel stéthoscope comme moyen d’estimer et de mesurer la fonction cardiovasculaire.

Le ventricule gauche du coeur est divisé en 17 segments qui constituent le coeur. Quand un segment est blessé, ou stressé, pendant un marathon, ses segments "voisins" de l’autre côté peuvent prendre le relais pour exécuter la fonction de la région endommagée. Ceci fait que le coeur dans sa globalité apparaît comme étant plus fort et plus en forme qu’il l’est en réalité, dés lors qu’on considère chaque segment de façon individuelle.

Il est pratiquement impossible pour un médecin de parvenir à une évaluation précise de la santé du coeur d’un marathonien quand il prend en considération le coeur en entier.

"Le coeur ne fait pas que nous induire en erreur, car cela peut être un mécanisme adaptatif important pour la survie, tout comme la façon que le cerveau a de changer de fonction après une attaque" explique Larose. "Malheureusement, il en résulte que les données produites par les moyens traditionnels peuvent être insuffisantes et trompeuses."

"Cela signifie que sauf à faire un IRM à tout le monde, nous en sommes réduits à un seul test pratique qui peut précisément donner aux coureurs leur niveau de forme cardiaque lors d’un stress" dit-il. Ce test est le V02 max, la mesure ultime de l’endurance.

Le V02 max mesure directement la consommation d’oxygène du corps, et c’est le meilleur test pour fournir une mesure précise du taux de pulsations cardiaques maximum (le nombre de battements par minute) pour les coureurs. Dans un test de V02, on peut utiliser des tapis roulants ou des vélos stationnaires pour établir la forme cardiaque.

Larose a utilisé des coureurs amateurs en bonne santé et a réalisé une évaluation complète avec eux six à huit semaines avant qu’ils courent un marathon, puis immédiatement après. Ils ont passé des tests d’endurance, des analyses de sang et un IRM.

"Ce que nous avons remarqué dans cette étude c’est qu’un coureur avec moins de préparation avant le marathon avait un V02 max plus faible, et donc une capacité sportive moindre. Comparés aux coureurs les mieux entrainés, ils étaient plus déshydratés et leurs cœurs ont montré des signes de blessures plus importants. Les coureurs les moins bien entrainés ont aussi vécu une plus grande perte de la fonction associée à un débit sanguin plus faible, et une plus grande irritation des segments cardiaques."

Les chercheurs ajoutent qu’avec l’augmentation de la popularité des marathons chez des gens qui considèrent le marathon comme un défi à relever, ces sportifs doivent bien veiller à s’entrainer suffisamment, à bien s’hydrater et le plus important en parler à leur généraliste.

"Vous pouvez le faire, l’activité physique est très importante pour votre santé cardiaque. Il faut juste être intelligent : bien s’entrainer et prendre conseil" ajoute-t-il. Le mieux étant, en cas de doute, de réaliser un test V02 max afin de mesurer les risques pour son coeur.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |