Accueil du site > Physiologie > Les muscles qui ne font rien vous gardent mince et au chaud
Les muscles qui ne font rien vous gardent mince et au chaud

lundi 10 septembre 2012

Les muscles qui brûlent de l’énergie sans se contracter ont permis d’apporter de nouveaux indices sur la façon dont le corps conserve une température constante - et ils pourraient être de nouvelles cibles pour combattre l’obésité.

Traditionnellement, on pensait que le principal thermostat du corps était la graisse brune. Elle attaquait les stocks de graisse blanche du corps dans les conditions froides pour brûler de l’énergie et conserver la chaleur du corps.

Les muscles jouent aussi un rôle dans la maintenance de la chaleur corporelle, en se contractant et en déclenchant les réactions de frissonnement, qui ne peut être qu’une solution à court terme car des frissonnements prolongés endommagent les muscles. Mais il semble que les muscles aient une autre façon de détourner la chaleur.

"Nos résultats démontrent que les muscles, qui comptent pour 40% du poids de corps chez les êtres humains, peuvent produire de la chaleur indépendamment des frissons" explique Muthu Periasamy de l’Université de Columbus.

Survivre aux frissons

A travers des expériences sur des souris qui ont eu leur thermostat naturel, la graisse brune, chirurgicalement retiré, Periasamy et ses collègues ont prouvé qu’une protéine appelé la sarcolipine aide les cellules musculaires à maintenir le corps au chaud en brulant de l’énergie, presque comme un moteur oisif de voiture, même si les muscles ne se contractent pas [1].

Toutes les souris ont eu leur graisse brune retirée, mais certaines d’entre elles ont été génétiquement modifiées pour ne pas avoir non plus de sarcolipine. Ces rongeurs ne pouvaient pas survivre à une température de 4°C, et décédaient d’hypothermie dans les 10 heures. Au contraire, les souris qui pouvaient fabriquer de la sarcolipine étaient capables de survivre aux températures frissonnantes et ont maintenu leur température du corps même si elles n’avaient plus de graisse brune.

Les chercheurs ont aussi montré qu’une inaptitude à fabriquer de la sarcolipine rendait les souris 33% plus lourdes que les normales quand elles étaient nourries avec un régime alimentaire riche en graisses. Cela signifie que les muscles oisifs pourraient aussi aider à combattre l’obésité en brûlant l’énergie en excès. La recherche se penche désormais sur des médicaments qui pourraient reproduire le même rôle, en stimulant les muscles oisifs pour brûler la graisse en trop.

"Le résultat le plus intéressant est que les souris qui sont incapables de fabriquer de la sarcolipine sont plus susceptibles d’être obèses" explique Andy Whittle de l’Université de Cambridge. "La recherche démontre que le muscle est un composant important même chez la souris, qui ont comparativement plus de graisse brune que les êtres humains. Chez les humains, brûler de la graisse dans les muscles est susceptible d’être encore plus important pour obtenir un équilibre énergétique correct."

Références :

[1] Sarcolipin is a newly identified regulator of muscle-based thermogenesis in mammals. Nature Medicine. (2012) doi:10.1038/nm.2897.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |