Accueil du site > Santé > Les peaux qui brûlent sont capables de bronzer
Les peaux qui brûlent sont capables de bronzer

mardi 22 juin 2010

Pendant que les plages d’Europe du Sud se préparent à recevoir leur afflux estival de touristes, une recherche de l’Université de Bradford a découvert que les roux étaient aussi capables de bronzer que les peux mates, et donc de fabriquer la mélanine nécessaire pour ce faire.

Les scientifiques supposaient que la propension des individus roux, ou à peau très claire, à brûler était associée à leur incapacité à fabriquer de la mélanine, le pigment qui est créé et stocké dans nos cellules de la peau pour nous protéger contre les rayonnements ultraviolets du soleil (UVR).

Mais une équipe du Centre pour les Sciences de la Peau de l’Université a découvert qu’en laboratoire les cellules de pigment isolées de peau très claires (de type celtique) étaient capables de fabriquer autant, et dans certains cas même cinq fois plus, de mélanine que des cellules de type latines (italiennes), quand elles étaient cultivées dans des conditions identiques.

Cependant, les cellules des peaux blanches montraient une réponse inflammatoire plus élevée aux rayons ultraviolets que leurs contreparties mates. Cette recherche a été publiée dans le journal Pigment Cell and Melanoma Research [1].

Les auteurs de l’étude déclarent : "la recherche sur les brulures des coups de soleil avait tendance à ignorer l’action des mélanocytes, ces cellules qui fabriquent la mélanine, car il avait été supposé que c’était tout ce qu’elles faisaient. Mais notre recherche a montré que dans certains types de peau, elles contribuaient aussi à l’inflammation qui créé les coups de soleil et c’est cela, plutôt que leur capacité à fabriquer de la mélanine, qui semble être à la racine des différentes réponses de la peau au soleil."

Les chercheurs ont isolé des mélanocytes de cinq patients à la peau très claire et de cinq peaux mates. Certaines des cellules de chaque patient étaient stimulées pour créer de la mélanine et les niveaux étaient mesurés. D’autres cellules de chaque patient étaient assujetties aux UVR et les niveaux d’un élément chimique pro-inflammatoire, appelé la prostaglandine-E2 (PGE2), ont été mesurés.

Toutes les cellules étaient capables de fabriquer des quantités de mélanine identiques, avec même un patient à la peau blanche qui en a fabriqué cinq fois plus que les autres. Cependant, les mélanocytes des patients à la peau claire ont fabriqué plus de cinq fois plus de PGE2 que les patients à la peau mate.

"Notre recherche a montré que les mélanocytes pourraient jouer un rôle dans l’inflammation causée par les UVR, ainsi, viser ces cellules par le biais d’interventions anti-inflammatoires pourrait offrir un nouveau moyen de protéger les types de peau plus vulnérables aux coups de soleil" dit le professeur Tobin. "Quelque-chose à l’intérieur des peaux claires empêche aussi les mélanocytes de fabriquer cette mélanine protectrice pour prévenir les dégâts causés par les UVR, et nous concentrerons des recherches à venir sur ce sujet."

Références :

[1] Karl Gledhill, Lesley E. Rhodes, Margaret Brownrigg, Ann K. Haylett, Mojgan Masoodi, Anthony J. Thody, Anna Nicolaou, Desmond J. Tobin. Prostaglandin-E2 is produced by adult human epidermal melanocytes in response to UVB in a melanogenesis-independent manner. Pigment Cell & Melanoma Research, 2010 ; 23 (3) : 394


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |