Accueil du site > Nutrition > Les régimes à la mode sont loin d’être efficaces
Les régimes à la mode sont loin d’être efficaces

jeudi 13 novembre 2014

D’après une étude publiée dans Circulation [1], les régimes commerciaux à la mode peuvent vous aider à perdre du poids à court terme, mais conserver le bénéfice de cette perte de poids la première année, ainsi que l’impact de ces régimes sur la santé du cœur, sont quelque chose de bien moins évident.

Plus d’un tiers des adultes français est en surpoids ou obèse, et ceux-ci courent donc un risque plus important de souffrir de problèmes cardiovasculaires, d’attaques, de tension et de diabète. C’est pourquoi, le fait de savoir si un régime en particulier est ou sera efficace ou non est un problème de santé publique important.

"Malgré leur popularité et leur importante contribution à l’industrie de la minceur qui se compte en millions d’euros, nous ne savons toujours pas si ces régimes sont vraiment efficaces pour ce qui est d’aider les gens à perdre du poids et à réduire leurs risques de maladies cardiovasculaires," explique le Dr Mark Eisenberg de l’Université McGill au Canada, auteur de l’étude. "Avec si peu d’études qui ont passé au crible chacun de ces régimes et leurs résultats quelque-peu contradictoires, les preuves qui montrent que suivre ces régimes est bénéfique sur le long terme sont plus que modestes."

Après avoir analysé les études cliniques de quatre de ces programmes de régimes populaires : Atkins, Miami, Weight Watchers et Zone (le "régime des stars"), qui déclarent tous pouvoir faire maigrir les gens et améliorer leur santé cardiovasculaire, les chercheurs ont trouvé :

- que dans les études qui ont comparé Weight Watchers à une surveillance habituelle, ceux qui suivaient un régime Weight Watchers perdaient en moyenne de 3,5 kg à 6 kg après un an par rapport à 0,80 kg et 5,40 kg pour ceux qui faisaient seulement attention. Cependant, après 2 ans, la perte de poids était partiellement reprise. Ceux qui faisaient attention à leur alimentation utilisaient des méthodes habituelles pour maigrir comme la consommation d’aliments faibles en graisses, ils suivent des conseils alimentaires, font de l’exercice, etc.

- les résultats des études sur le régime Atkins étaient contradictoires. Dans la seule étude qui a comparé le régime Miami au fait de faire attention, il n’y avait pas de différence de perte de poids sur 12 mois, cependant les participants dans cette étude étaient tous sévèrement obèses et avaient subi une opération chirurgicale gastrique.

- les études qui impliquaient des comparaisons côte-à-côte entre Atkins, Weight Watchers, Zone et le fait de faire attention à son alimentation montrent que les quatre ont pour résultats une faible perte de poids sur un an, comme pour les individus dans un groupe de contrôle qui faisaient attention. Ceux qui suivaient le régime Atkins avaient perdu en moyenne de 2,1 kg à 4,7 kg ; ceux qui suivaient le régime Weight Watchers ont perdu en moyenne 3 kg, les participants qui suivaient le régime Zone ont perdu entre 1,6 kg et 3,2 kg, et le groupe de contrôle a maigri d’environ 2,2 kg.

- dans les études qui impliquent des comparaisons cote-à-côte, il n’y avait pas de différences marquées entre les régimes Atkins, Weight Watchers et Zone pour ce qui est d’améliorer le cholestérol, la tension artérielle, les niveaux de sucre dans le sang ni d’autres facteurs de risque cardiovasculaires.

Les études les plus longues que les chercheurs ont analysées ont duré deux ans, et les résultats n’étaient disponibles que pour les régimes Atkins et Weight Watchers. Ces études ont trouvé qu’avec le temps, les individus qui les suivaient avaient repris le poids qu’ils avaient perdu.

Pour mieux comprendre les bénéfices potentiels de l’un de ces régimes, les chercheurs doivent réaliser des études cliniques de grande ampleur en comparant ces quatre régimes à la mode sur le long terme, en suivant donc la perte de poids constatée mais aussi les changements d’autres facteurs de risque cardiovasculaires, précise le chercheur.

"Une modification plus large du style de vie, qui implique aussi les médecins et d’autres professionnels de la santé, pourrait être plus efficace," dit Eisenberg. "Cette étude apprendra aussi aux médecins que les régimes à la mode ne constituent pas une solution en soi, et qu’ils n’aident pas leurs patients à maigrir."

Références :

[1] Long-Term Effects of 4 Popular Diets on Weight Loss and Cardiovascular Risk Factors : A Systematic Review of Randomized Controlled Trials Renée Atallah, Kristian B. Filion, Susan M. Wakil, Jacques Genest, Lawrence Joseph, Paul Poirier, Stéphane Rinfret, Ernesto L. Schiffrin, Mark J. Eisenberg. Circ. Cardiovasc. Qual. Outcomes. 2014.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :



| Bodyscience.fr - Conception : © 2019 François Grandemange - Tous droits reservés | Contacts | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | About us |